Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

NON ! pas toi, mon ami ! tu ne peux pas m'abandonner comme cela ! Tu es mon ami depuis ... je ne sais plus depuis quand ! depuis une éternité , c'est tout ce dont je me souviens !

Que vais je devenir sans toi, mon fidèle compagnon mon complice ! Toutes ces promenades que nous avons faites ensemble sur le Boulevard du temps qui passe , à philosopher ! je refaisais le monde et toi mon ami, toujours là pour m'écouter, pour me montrer ton bonheur d'être avec moi ! J'ai toujours eu des grandes idées et des grands rêves pour notre société , mais je reste un utopique, je n'ai même jamais osé faire de politique, je te l'avoue aujourd'hui je suis lâche. Mourir pour des idées, j'en serais bien impacapable, contrairement à mon frère qui est allé s'engager pour défendre sa nation, sa patrie.

Les journées entières que nous passions dans les parcs. J'aimais y aller pour lire, assis sur une belle pelouse, et toi te reposer, toujours à mes cotés. Nous avions tous deux nos arbres préférés. Nous trouvions parfois chacun un arbre à quelques mettre d'intervalles et restions là des heures chacun à vaquer à nos activités préférés, tout en nous observant de temps en temps. Et je me souviens de ces fois où nous nous installions Auprès de Mon Arbre, tu montrais parfois une telle volonté d'aller vers ton arbre que nous  devions changer de place.

Je me rappelle de cette fois où nous avons du aller à Montélimar, comme nous ne connaissions pas, nous avons visité et bien sûr, nous avons parcouru la ville de long en large. Nous étions au printemps, peut etre en mai, la journée était belle et ensoleillée , les lilas étaient en fleurs. J'ai toujours aimé ces arbustes avec leurs belles fleurs violettes, parmes, ou blanches. Toi, tu n'étais pas vraiment intéressé par les fleurs, tu étais un rêveur mais tu ne paraissais jamais trouver une chose belle. La beauté ne faisait pas partie de ta nature.

Je revois aussi ce chemin (peut être bien un chemin de halage), son nom m'avait marqué . J'ai trouvé ca tellement ça drôle, on parle toujours de la promenade des anglais , où ne nous sommes d'ailleurs finnalement jamais allés ensemble alors pourquoi pas nommer un joli lieu "la balade des gens qui sont nés quelque part". Cet endroit était si agréable qu'il était tres fréquenté par des jeunes couples romantiques. Il faut dire que si ma Fernande était encore de se monde  je l'aurais bien emmenée avec moi pour me joindre avec elle aux amoureux des bancs publics.

Ne t'inquiete pas mon ami , je vais aller m'occuper de tes funérailles, j'ai dejà préparé ce que je dois dire à l'abbé :

- Sauf le respect que je vous dois, monsieur le curé, vous ne pouvez me refuser l'enterrement de Verlaine dans votre église. Vous savez très bien que c'est lui qui m'a permis de me remettre du décès de ma femme, même si mon Verlaine est un chien !

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :