Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je n’aurais jamais du signer ce pacte avec le diable. Mais d’un autre côté j’avais tellement peur de m’ennuyer au paradis.

Mais l’autre avec sa petite fourche et ses grimaces, il me faisait rire. Il me faisait la salsa du démon avec une coquille à la place de la grappe de raisin ! Et moi qui ne suis pas veule du tout, mais  plutôt du genre rock and roll, et bien j’ai foncé la tête baissée. Oui, je sais, il ne faut pas se méfier aux apparences, mais un ciel toujours bleu ça peut être lassant, tandis qu’un peu de fantaisie ça met du piquant. Ah ! Pour du piquant, il y en a eu !

Je m’étais dit que j’allais enfin vivre une aventure intéressante, ou j’allais m’épanouir. Et bien, pas du tout.

Il m’avait donné rendez-vous devant une usine désaffectée, en me disant :

-         Prends de l’oseille, un bon paquet, et tu auras une surprise.

Et moi, la bécasse, j’y ai cru ! Il faut dire qu’il était beau. Son corps, son corps, pas flasque du tout, mais tout en nerfs. Des yeux noirs perçants (tu parles !).

J’arrêtais donc ma voiture sur un terre-plein, j’ouvris ma vitre et la refermais aussitôt. Cet endroit était malsain et malodorant.

Au bout de quelques minutes il arriva flanqué de deux compères.

-         Sors de la poupée ou je te réduis en purée ! (Tiens ! Ça me rappelle une chanson. Sauf que Zorro n’est pas venu à mon secours !).

Je n’y comprenais rien, mais je m’exécutais. Il a pris ma voiture, mon pognon, mes papiers, me poussa vers un tas de déchets et me dit :

-         Merci pour tout, poupée !

Il prit la fuite avec ces sbires me laissant sur le sol, anéantie.

Quelques jours plut tard, lorsque j’eus repris mes esprits, j’allais sonner chez saint Pierre, au paradis :

-         Te voilà toi ! Tu peux battre ta coulpe autant que tu veux, tu n’entreras pas !

Je le suppliais de me donner une dernière chance, en vain. Il ne voulut rien savoir. J’étais désespérée.

Puis, je me suis souvenue que j’avais des potes sur un atelier d’écriture, alors je me suis dit que peut-être, eux, ils me comprendraient et m’accepteraient avec mes qualités et mes défauts.  Et que peut-être aussi ils me soutiendraient et m'aideraient à traverser cette terrible preuve ?

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :