Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

-         Aiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie ! Maître, il me faut des bottes !

-         Des bottes ?

-         Oui, des bottes. J’en ai marre de marcher avec des tongs ! J’ai les orteils en compote, mon rouge aux ongles s’écaille, quant à mes poils aux pattes, ils ne sont plus blancs, mais marrons.  Cela ne peut plus durer !

 

C’est ainsi que la chatte angora Mistinguett s’adressa à  Popaul (son maître). Elle en avait assez. Non seulement il l'a promené en laisse (un pervers c’est sur), l’a montré à tous ses copains en se pavanant, mais en plus il lui laissait les pieds à l’air, été comme hiver. Non s’en était trop !

 

Elle bouda pendant quelques jours, refusant toute nourriture, toute caresse. Elle refusa même son lit ! Pourtant, elle aimait se roulait dans les draps à côté de lui, elle ronronnait et lui aussi d’ailleurs. Elle n’allait pas lui faire ce plaisir. Tant pis, il fallait bien lui donner une leçon à ce macho. Après tout, Il en achetait bien des bottes à toutes les pétasses qu’il ramenait à la maison. Des blondasses avec la bouche en cul de poule, qui dandinaient du popotin. En plus, elles s’adressaient à elle comme à une débile :

-         Et bonjour la minette ! Qu’est-ce qu’elle dit la minette ? Elle s’appelle Mistinguett ! Et oui, smack, smack …

 

Tu sais ce qu’elle te dit la minette ? Mais qu’elle arrête de me baver dessus !

 

 Elle montrait ses petits crocs Mistinguett, parce que pendant que Popaul s’occupait de calmer les ardeurs de ces donzelles, et bien il ne s’occupait pas d’elle. Fini les roulades dans les draps, les caresses du petit matin, la petite lapette dans son bol de lait ! Il ne lui restait que le canapé du salon, et encore, sans les coussins, parce que les coussins ils les prenaient dans sa chambre pour le confort de ces dames ! Pffft !

 

Popaul fut chagriné par l’attitude de Mistinguett. Il fallait qu’il fasse quelque chose, mais de là à lui acheter des bottes ! Toutes les mêmes ces femelles ! Alors il se mit à lui dire encore plus de mots d’amour, des mots inventés rien que pour elle. Elle en profitait au maximum Mistinguett, mais elle ne cédât pas. Même devant ses croquettes préférées elle faisait la moue, pourtant la fin tiraillait son estomac, mais elle arrivait à se détourner de la gamelle, très digne.

 

Finalement Popaul l’emmena chez Eram, il ne voulait pas la voir dépérir. Elle aurait préféré un magasin plus chic, mais elle sentait qu’il ne fallait pas abuser tout de même. Elle prit son temps pour les choisir ses bottes, elle voulait un modèle confortable certes, mais aussi à la mode. Elle les choisit de couleur rouge, elle trouvait qu’avec son pelage blanc ça allait bien, avec ses yeux bleus ça choquait un peu, mais elle n’aurait qu’à plisser les yeux ! Son maître les trouva un peu chère, mais il n’osât rien dire de peur de la contrarier.

 

Elle passa la nuit à coté de Popaul, ses bottes au pied du lit. Elle savoura les caresses de son maître, le moelleux de l’édredon et la dernière goutte de lait du matin. Pendant qu’il se douchait, elle enfila ses bottes et d’un bond s’enfuit vers une autre vie. Elle rencontra la fée Tasse qui flasha sur ses bottes :

-         Si tu me les donnes, j’exauce tous tes vœux.

 

Mistinguett réfléchit un instant et lui dit :

-         D’accord ! Je veux être une femme blonde et allait habiter près de mon maître.

 

Ainsi fût fait. C’est ainsi que Mistinguett se retrouva dans une maison proche de celle de son maître, elle n’eut aucun mal à se repérer, elle connaissait le quartier par cœur !

 

Elle alla sonner à la porte, et Popaul ouvrit. Elle eut du mal à le reconnaître, il n’était pas rasé lui toujours si fringuant, il portait un tee-shit déchiré. Son départ avait vraiment du l’affecter.

 

-         Bonjour, je m’appelle Mireille, mais tout le monde m’appelle Mimi,  et je suis votre nouvelle voisine.

 

Popaul regarda la nouvelle venue et… Ce visage, ces yeux, non ce n’était pas possible ! Elle était enfin revenue.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :