Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il était une fois trois cochons génétiquement modifiés : Porsalu, Porteur et Portique.. Ils marchaient sur deux pattes, avaient le don de la parole, un compte en banque plus ou moins garni, et  ils étaient copains comme cochons.

 

Ils occupaient chacun un appartement au 25ème étage d'un immeuble et se retrouvaient souvent chez l'un ou l'autre pour une soirée poker, télé, foot, un apéro prolongé, un petit repas de temps en temps, bref, ils auraient été entièrement heureux si l'ascenseur ne tombait pas si souvent en panne. Le concierge avait beau appeler l'entreprise Baloo Autisse, celle-ci avait toujours un prétexte pour expliquer son retard : une surcharge de travail, une voiture de service en panne, un manque de personnel qualifié, les 35 heures, les congés payés.

Cela faisait 6 jours que nos compères montaient et descendaient les étages Ils étaient tellement exténués qu'ils en oubliaient leurs soirées. Chacun rentrait chez soi et dormait.

-         Ça ne peut plus durer ! dit Porsalu, Pourquoi ne pas construire chacun une maison, j'ai hérité d'un très grand terrain à la campagne.. Plus de soucis d'ascenseur et nous pourrions faire la fête sans gêner les voisins.

 

Porsalu était celui qui avait le mieux réussi dans la vie. Il était administrateur dans une grande société cotée en bourse. Avec la crise, les affaires étaient un peu difficiles, mais il ne se faisait pas de soucis ; son contrat lui garantissait des stock options lui permettant un avenir très confortable.

 

Porteur, lui, travaillait dans une grande entreprise automobile. Avec la récession, il était au chômage technique et son salaire avait diminué de moitié.

Quant à Portique, c'était le poète du groupe. Il était auteur-compositeur et avait réussi à se faire une place dans le monde du schow-bizz. Seulement avec l'explosion des réseaux, les téléchargements sur internet ne cessaient d'augmenter et son compte en banque ne grossissait pas autant qu'il l'aurait souhaité.

 

Nos deux compères pas très riches mais très optimistes prirent rendez-vous chez Monsieur Écureuil, directeur d'une agence bancaire afin d'obtenir un prêt Celui-ci les écouta tout en consultant son écran d'ordinateur, clic par ci, clic par là et finit par leur dire :

-         Hélas, je ne peux vous aider. Notre groupe a été plombé par deux de nos filiales, nous attendons une aide du gouvernement et le Petit Poucet n'a pas encore donné son accord. (Là je m'égare ou je mélange ?)

Dépités, Porteur et Portique racontèrent leurs déboires à Porsalu

-         Ne vous inquiétez pas, leur dit-il, nous allons construire une très grande maison où nous pourrons vivre tous les trois.

 

Aussitôt dit, aussitôt fait. La maison fut construite en utilisant des matériaux robustes et écolos ; il y avait sauna, jacuzzi, piscine verte extérieure, cours de tennis.

Lorsqu'elle fut terminée, ils s'y installèrent, mirent leur bermuda à fleurs et firent la fête en faisant hurler le juke-box.

 

Pendant ce temps, dans le village voisin, Loufoque était en stage de rééducation à la SPA depuis plus de trois ans. C'était un loup très réfractaire. La modification génétique avait réussi à lui donner la parole mais n'avait pas réussi à le dégoûter de la viande. Jour après jour il n'avait pour nourriture que du tofu, des légumes, des œufs ou des fruits.

Un beau jour, (il était surtout beau pour Loufoque) BB le fit venir dans son bureau.

-         Lors de notre dernière réunion, nous avons estimé que la psychothérapie et la diététique avaient fait leurs effets. Les pensionnaires que nous avons interrogés n'ont plus peur de vous croiser. Notre comité a voté à l'unanimité votre libération.

 

A ces mots, Loufoque ne se sentit plus de joie et laissa tomber ses petits pois (Là je m'égare encore…) Il courut dans les bois chaussé de ses baskets Nicair à semelles rouges compensées. . Il venait tout juste de retrouver sa liberté et à nouveau une envie irrésistible de goûter à la chaire fraîche le hantait, lorsqu'il entendit une musique techno : boum…boum…boum..

- Enfin ! Des gens civilisés qui font la fête. je vais essayer de me joindre à eux et me remplir la panse.

Le son s'amplifiait au fur et à mesure de ses pas jusqu'à ce qu'il arrive à la grande bâtisse que les cochons avaient appelée "Les 3 Tire-bouchons". Il se présenta au portail et aussitôt la caméra de surveillance fit un zoom sur lui

-         Bonsoir, j'ai entendu votre musique. Puis-je me joindre à vous ? Il y a si longtemps que je n'ai pas fait la fête. Soyez sans crainte, je suis végétarien dit Loufoque dans l'interphone avec un large sourire laissant apparaître quelques crocs jaunis.

Portique, méfiant, ne se laissa pas impressionner par ce sourire enjôleur. Il prit une photo avec son portable et l'envoya à sa marraine la fée Niasse qui était médium et ne se déplaçait jamais. Elle était allongée sur son transat et sirotait une menthe à l'eau lorsqu'elle reçut l'appel de son filleul. Aussitôt, elle envoya un texto : "Loup dangereux, ne pas ouvrir"

Porteur appela sa marraine la fée Blarde.

-         Hélas, lui dit-elle, tu sais que je n'ai pas le pouvoir de piloter mon avion supersonique et aujourd'hui, tous mes employés sont en RTT. Mais je vais faire appel à ma collègue, la fée Roce. Dans deux secondes elle sera là et vous débarrassera de ce malotru.

 

Fée Roce arriva à la vitesse de la lumière, donna un coup de pied dans la partie la plus charnue de l'anatomie de l'indésirable et l'envoya directement dans le bureau de BB. Le jugement fut immédiat : enfermement à perpétuité sans réduction de peine.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :