Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La femme est en peine

L’amie est en colère

Les enfants sont en pleurs

 

Il n’est plus

Ce n’est pas possible

Ce n’est pas acceptable

 

Les disputes pèsent des tonnes

Les rires ressemblent à des plumes

Selon le sens du vent

 

Mais qui donc le pressent ?

 

Tant qu’il était en vie,

Nous nous gaussions de lui

Et des autres aussi !

 

Ce matin il est mort

Personne ne peut y croire,

ou ne le sait encore

 

C’est trop injuste et non palpable

 

Chacun se sent coupable.

 

Son fils a dix-neuf-ans, aujourd’hui,

Et lui, il est parti !

 

Quant au petit ?

 

Plus de père, plus de repère

Comment imaginer la rage

Qu’il ressent, maintenant ?

 

Joyeux anniversaire,

Heureux printemps

L’ami est mort, inopinément

 

Et nous les femmes, frêles et fortes

Pleurons à n’en plus finir

Anéanties de ce manque d’à venir

 

 

Seules ou ensemble, comment la soutenir,

Celle qui devient sa veuve

Depuis  tôt ce matin ?

 

Femmes et amies de l’ombre,

En silence et en larmes,

Nous crions en dedans

 

à l’injustice,

abasourdies :

 

Il était notre pote, notre Ami.

 

Son mari

Leur père,

dans l’au-delà, 

 

parti.

 

Hommage à lui,

Paix à son Ame.

 

Les femmes de sa vie.

 

( A toi, Jacques. Coralie )

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :