Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Zoé est triste. Y'a pas à revenir là-dessus. Triste en s’endormant, triste en se réveillant le matin avec de  gros soupirs. Doudou a beau dire ou beau faire, y’a rien à faire !

Maman disait :

-Tu sais, mon cœur, maintenant on peut avoir des enfants uniquement quand on veut, avant c’était pas possible et ça rendait la vie très difficile quand on n’avait pas les moyens de les élever. Nous avec Papa, on t’a voulue très fort  parce qu’on s’aimait beaucoup !

 

- Même pas vrai, les parents quels menteurs !

La semaine dernière ils ont appris à Zoé qu’ils n’étaient plus amoureux, mais alors plus du tout. Donc ils allaient être obligés de vivre dans des maisons séparées. Mais ça serait formidable pour elle, elle aurait tout en double : la chambre, les vêtements, les jouets, les cadeaux…

 

- Non mais quelle pagaille ça va faire, et Doudou, il n’y ont pas pensé à Doudou, il ne peut y en avoir qu’un seul, sinon c’est rien qu’une peluche de plus, mais pas Doudou, son confident, son ami qui dort avec elle. Elle devra le transporter partout. Pourvu qu'il soit d'accord et qu’elle ne le perde pas, jamais. Quelle histoire !

 

Zoé sait comment arrivent les bébés : beaucoup de bisous et puis la petite graine… Mais quand même, quand on plante une petite graine comme ça et qu’on met longtemps pour la faire pousser dans le ventre de Maman pour que ça devienne une petite fille, on devrait rester après tous ensemble toujours pour qu’elle grandisse entre  Papa et  Maman, sinon c’était pas la peine…

 

- Qu’est qu’ils ont dans la tête les grands ?

Où peut-être c’est elle Zoé, à 6 ans, qui ne leur plaît plus. Comme bébé, oui, ils l’aimaient, elle a vu pleins de photos où ils souriaient en l’embrassant. Mais maintenant, elle a sans doute mal poussé et ils la partagent en deux, une semaine chez l’un, une semaine chez l’autre, ça sera moins difficile pour eux de ne pas la voir tout le temps.

 

Papa disait :

- C’est la vie, tu comprendras quand tu seras grande !

Mais elle est grande, d’ailleurs la preuve, elle vient de rentrer à l’école primaire. Et elle ne comprend pas. Tout s’écroule autour d’elle.

 

La voix de Maman appelle :

- Zoé vient prendre ton petit-déjeuner, c’est l’heure !

Mais Zoé n’a pas envie ni de chocolat, ni de céréales ni même de brioche !

 

Maman ne peut s’empêcher de rappeler :

- Tu sais que des petits-enfants meurent de faim et de soif en ce moment, alors mange, tu ne sais pas qui c’est qui te mangera ! Ca, c’est Mamie qui le dit, à son âge, elle croit que les ogres mangent les petits-enfants, alors que c’est rien que des histoires ! Peut-être qu’elle retombe en enfance, Zoé a entendu dire que ça arrive aux vieilles personnes et Mamie est vraiment très très vieille, alors la pensée de Mamie en vieux bébé dans une poussette la fait sourire.

 

Papa vient la chercher pour la conduire à l’école.

Zoé proteste :

-J’veux pas y aller et puis je me sens un peu malade aujourd’hui…

 

Papa touche son front et n’y croit pas, mais pas du tout.

-Allez, dépêche-toi ! Tu sais la chance que tu as d’apprendre à lire et à écrire, des tas d’enfants et surtout des petites filles ne sauront jamais. Très jeunes, ils doivent travailler pour gagner presque rien, afin d’aider à acheter à manger pour leur famille…

 

Oui, Zoé sait ça. C’est très triste pour eux. Mais c’était triste aussi quand ses parents n’ont pas voulu lui acheter les jolies baskets Barbie, parce qu’elles étaient fabriquées par des enfants… Les enfants, c’est pas fait pour travailler dur comme les grands, ça doit jouer et aller à l’école pour gagner de l’argent plus tard, sinon ils seront au chômage.

 

Zoé refuse d’apprendre à lire et écrire, voilà, c’est comme ça. Tant pis pour eux s’ils ont une petite fille bête, inconsciemment c’est tout ce qu’elle a trouvé pour qu’ils s’occupent d’elle tous les deux ensemble. Un blocage a dit la maîtresse.

 

Et Maman raconte aussi les gens qui font du mal aux enfants, ils peuvent même les tuer. Il ne faut jamais les suivre, ni se laisser toucher, même s’ils ont des bonbons… A la télé, on voit la guerre tous les jours. Des tas d’enfants meurent ou sont blessés et des parents aussi, même si c’est pas de leur faute la guerre. C’est pas du tout pareil quand les garçons et même les filles jouent avec des pistolets et des fusils. Pan, Pan, t’es mort ! 

Ils savent bien que c’est pour de faux. Mais pas les adultes.

 

Mado, la psychologue dit :

- Zoé, fais-moi un beau dessin avec des couleurs ! Tu sais si bien dessiner !

Bien sûr qu’elle sait, mais elle reste là sans rien faire, tête baissée, muette.

A quoi bon. Puis tout d’un coup, ça lui prend, elle crayonne rageusement sur la feuille à grands coups de rouge : du sang, du feu, des flammes crachées par un grand dragon noir en colère. Et elle jette tous les crayons. Mado ne la dispute pas et lui parle doucement :

- C’est pas grave Zoé, ma puce… Aujourd’hui c’est pas le jour des dessins. On va essayer autre chose.

 

La seule chose qui lui plaît en ce moment c’est de jouer avec sa console. Elle oublie tout dans son univers rose et magique de princesses et de fées. Elle s’échappe, elle s’évade. Elle est entièrement dans le jeu, à l’intérieur. Mais le retour à la réalité est difficile, toujours. Il faut l’appeler plusieurs fois et même parfois crier.

 

Et puis il y a Max, son amoureux. Ils se moquent d’elle, les autres, parce qu’elle a un tee-shirt bleu avec écrit dans le dos en rouge « Zoé et Max ». C’est parce qu’ils sont jaloux. Max et elle, ils se connaissent depuis la maternelle. Et même qu’ils se sont embrassés sur la bouche, alors ? Mais il ne faudra pas qu’elle oublie de lui dire qu’elle ne veut pas de bébé, jamais. Max lui, n’a même pas de Papa alors qu’elle, elle en a quand même une moitié et une moitié de Maman. 

Beaucoup à l’école ont leurs parents séparés. Elle n’est pas la seule, ah non. Ils en ont parlé avec Sylvie, la maîtresse. Certains ont même des demi-frères et des demi-sœurs ! C’est quoi ce monde tout en morceaux ? Familles recomposées a dit Sylvie, quand les Papas et les Mamans font des nouveaux bébés avec d’autres qui en avaient peut-être déjà des anciens.

Et si ça lui arrivait à elle, ça serait bizarre, mais elle les aimerait peut-être ?

C’est toujours triste les séparations, pour tout le monde, mais il y a pire encore, les enfants abandonnés, sans personne, orphelins, comment ils font pour vivre ?

 

Alors Zoé pense qu’elle finira par s’y faire à son nouveau monde et que peut-être un jour,  les morceaux vont se recoller, peut-être, on verra bien.

 

________

 

Zoé apprendra aussi que les libertés ne vont pas de soi, qu’il faut toujours lutter pour préserver les acquis, le droit de disposer de son corps, le droit des femmes, des enfants, des minorités, des exclus.

Quoique que a m’insupporte qu’on me dise « fais pas ci, fais pas ça », quoi penser, quoi fêter, mais je lui dédie cette journée de la femme (un jour c'est peu, c’est 365 jours par an qu’il faudrait y penser).

En espérant qu’un jour, la femme soit un homme comme les autres.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :