Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cette année encore, tu as décidé de défendre la cause féminine.

Soit !

Ce qui est parfaitement louable de ton point de vue puisque tu es femme. Si j’en avais été une, j’aurais eu ton rôle. Dieu merci, cela n’est pas.

Mais as-tu pensé un instant au calvaire que tu m’infliges, durant cette infamante journée ?

Chaque année, je dois subir les pires humiliations qu’un homme puisse connaître. C’est une abjecte souffrance, tant physique que morale : préparer le repas sous ton oeil altier et triomphant ; éplucher les légumes ; cuire la viande ; mettre le couvert sur la table… même, jusqu’à faire la vaisselle !

Ne me regarde pas comme ça, tu vas me faire mourir de honte. Oui, bon sang c’est ça que tu veux ! Tu veux me faire mourir !

Voilà déjà trois mois que je redoute ce jour, j’essaie psychologiquement de m’y préparer. Tu ne voudrais tout de même pas que je sois obligé de consacrer les trois mois suivants sur le divan du docteur Freud ou pire, celui de Lacan.

Arrête de glisser tes pieds sous la table en attendant que je te serve ! Ca m’énerve.

Ne me préfères-tu pas dans de plus augustes tâches : prier, faire la guerre, lire le journal, supporter le PSG, avaler goulûment la soupe familiale tendrement préparée ?

Pourquoi vouloir troubler l’ordre cosmique ?

Comment ? Ce soir aussi on inverse les rôles ? Tu ne veux plus jouer à ma petite esclave !  

Là, vraiment, tu as dépassé les limites.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :