Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Maaaaaaaaaa viiiiiiiiiiiiiiiie !

J'en ai vu des aman..an..an..ants ! s'époumone Alain Barrière.

Rien de tel qu'un radio-réveil brailleur pour me faire sursauter même encore endormie. De quoi habiller ma journée d'un air à fredonner encore et encore !

Les amants, tiens, parlons-en.

Je me souviens de Benoît l'astrophysicien. Il me parlait de la galaxie, de Saturne qui dansait au houla-oup dans le ciel. Benoît le Don Juan, le passionné : " Je t'aime, disait-il, tu es le soleil de ma vie" et allait voir à côté si l'herbe était plus verte. Pour lui, le mot trahison n'avait aucun sens.. Flouée, je n'ai pas supporté, je l'ai étranglé: Couic !!!!

 

Non, c'est pas vrai.

Je l'ai laissé à ses étoiles et ses conquêtes et j'ai rencontré Raymond le botaniste.

Avec lui j'ai découvert des noms de fleurs bizarres comme l'Amorphophallus titanum. Ce monstre floral dégage une odeur faisandée pour attirer les scarabées qui vont le dévaster mais aussi le féconder. Et puis les roses à la beauté éphémère et leur langage particulier ou encore le lotus qui sert de piédestal aux statuettes exposées dans les temples bouddhistes Un poète ce Raymond, avec lui aucune vachardise. Enfin, c'est ce que je croyais jusqu'à ce qu'il rencontre ma copine Christiane.

Ils n'auraient pas dû traverser devant mon 4x4 : je les ai écrasés. Schplaff !!!!!!

 

Non, ça, je ne l'ai pas fait non plus. Je les ai laissés à leurs fougères et j'ai rencontré Basile et....Minerve. J'ai cru qu'il me prenait pour une déesse de la sagesse. Il répétait sans cesse : paix, sérénité, calme. J'ai vite déchanté. Non, Basile était un Minervois qui n'en finissait pas de me chanter les louanges de son vieux village échoué dans la garrigue languedocienne. Je lui suggérais un séjour en Italie, en Egypte, au Maroc, lui ne pensait que Minerve. Je l'ai poussé du haut de ses falaises minervoises. Plouf !!!!!!

 

Non, je ne l'ai pas fait.

Je l'ai laissé au pied de la forteresse dont il ne finissait pas de me raconter l'histoire.

J'ai rencontré Pierre : le rat, le matérialiste, l'adepte du SMS (Sans Manière ni Sensibilité) Je rêvais de restaurants romantiques ; immanquablement, c'était le boui-boui du coin. Je voulais de belles flambées pour nous enlacer devant la cheminée, lui, me demandait qui allait chercher le bois.

Je l'ai planté devant l'âtre. Il s'est enflammé : Fschiiiii !!!!!

 

Non, rien de tout cela ne s'est passé.

Je l'ai laissé devant la énième pizzeria minable où nous avions rendez-vous.

En tournant les talons, je suis tombée sur Jean-Claude, le SDF (Superman de la Dérobade et de la Fuite). Notre idylle n'est restée qu'au stade  de l'ébauche. Sorti chercher des cigarettes, il n'est jamais revenu. Dans un réflexe inconsidéré, je l'ai giflé. Clac ! Clac !!!

 

Non je ne l'ai pas fait.

J'ai joué les amnésiques. Je l'ai dépassé. Il est resté planté avec la bouche en coeur.

 

Alain Barrière reprend de plus belle et me sort du flash-back :

" L'amouuuuuuuuur ça fout le camp

Je sai ai ai ais

On dit queeee ça reviiiiiiiiiient"

Bien sûr que ça revient. Ces histoires ne vont pas annihiler mon naturel optimiste ! Mon petit coeur cabossé trouvera une renaissance avec Alain ? Romain ? Quentin ? ....Hein ?

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :