Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


Mes secrets les plus chers, je n'en parle à personne. Sauf peut-être à mon amie imaginaire. Elle est entre ma meilleure amie et mon ange gardien. Aujourd'hui je ne vais pas bien. Alors, le visage ruisselant de larmes, je lui écris.

Dimanche 25 Janvier :

Je suis malade, décidément. Je sens que j'ai une fièvre atroce qui rend mon esprit aussi souffrant que mon corps. J'ai cette sensation affreuse d'un danger inquiétant, cette appréhension d'un malheur qui vient ou de la mort qui approche...

Le lendemain, je ressens une tristesse si profonde, si douloureuse : le pire chagrin de ma vie. Tous les ressorts de mon être sont brisés, toutes les énergies anéanties... J'entre dans ma chambre. J'allume une bougie. Je pleure. J'ai la gorge serrée.

Lundi 26 Janvier :

Oh mon amie de malheurs, je viens de voir le médecin. Il m'a dit que je suis bien plus malade que je ne le croyais. Il m'a dit que je suis des rares personnes qui sont condamnées.

Oh mon amie de douleurs, si tu savais comme je ressens de la souffrance. Je suis encore jeune et déjà je dois quitter ce monde ! Je n'ai rien fait dans la vie et déjà l'au-delà m'aspire...

Soudain, dans la faible lueur que projette la bougie, je lève la tête, sans vraiment le vouloir, et je lance un regard embué de larmes vers le plafond. A ce moment, je me dis : "Bientôt, la flamme de ma bougie devra s'éteindre. Ce jour-là, je serai dans un endroit bien plus haut que ce plafond. De toute façon, un jour il faudra partir." Cette dernière pensée me mit un peu de baume au coeur. Peu après, j'étais déjà profondément endormie...

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :