Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J’avais des fourmis dans les jambes. Passer une journée devant son écran d’ordinateur, ça vous fait la tête comme une cougourde ! D’ailleurs, la tête je me la serais tapée contre les murs. Mais les murs des nouvelles constructions sont en placo, et je serais sûrement passer au travers !

Non, il fallait que je me défoule, que j’aille courir par exemple, bon pied, bon oeil. Quelle galère de bosser, vivement la retraite !

Juste avant de prendre l’ascenseur, j’aperçois mon chef de service. Vite, j’appuie sur le bouton. Ouf ! Je l’ai échappé belle, il m’aurait encore cassé les pieds avec la restructuration du service ! Je m’en tamponne le coquillard, moi, de la réforme de la fonction publique ! Je n’y suis presque plus dans ma tête, je suis ailleurs.

Arrivée chez moi, je chausse vite mes tennis, et au moment de partir, ne voilà t’y pas qu’il se met à pleuvoir comme vache qui pisse ? Quelle déveine ! Je n’allais quand même pas rester les bras croisés ?

-         arrêtes de bouger comme ça ! me dit mon mari, tu me tapes sur les nerfs !

-         j’aimerais t’y voir toi !

-         vas sur ton atelier, tu as sûrement quelque chose à dire, bavarde comme tu es !

Et voilà, c’est comme ça que je me suis retrouvée à nouveau devant le micro, et de fil en aiguille, j’ai aligné des mots qui ont fait cette petite histoire.

Oui, je vous l’accorde, ce n’est pas de la grande littérature, c’est même carrément une histoire à dormir debout. Mais si vous avez quelque chose à dire, ne mâchez pas vos mots. Merci.

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :