Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J’ai donné mon corps à des centaines d’hommes et pour la plupart, je l’ai donné de tout mon cœur.

Je ne l’ai jamais vendu ; parfois souvent troqué  contre un verre qui m’apporterait  l’ivresse de me sentir enfin belle

Echangé contre un peu d’attention, de chaleur, un toit d’étoiles  mortes pour une nuit noire et blanche.

La plupart du temps  ce n’était qu’un matelas de feuilles mortes, un capot de vieille voiture ou une banquette de berline classe.

J’ai donné mon corps à de petits hommes avec de grands… cerveaux.

Des grands hommes imbus de leur richesse ou de leur savoir. De petits amants qui croyaient me posséder alors que j’étais toujours ailleurs et là pleinement avec eux.

J’ai donné mon corps à des beaux, à des laids, à ceux dont personne ne voulait.

J’ai souvent eu de plaisir même dans des situations que les spectateurs de ma débauche, trouvaient glauque.

Avec de  la boue pétrie et putride, j’ai fait l’or de leurs souvenirs, de petits guirlandes de Noël dans une ville endormie.

J’ai donné mon corps à de jeunes éphèbes riches de leur naïveté ou à de vieux barbons, forts de leur expérience.

J’ai parfois ressenti de la répulsion mais je suis presque toujours allée au bout… de la flamme que j’avais allumée dans leur regard.

A force d’avoir le « feu aux fesses », comme ils disent, je me suis brûlée à des incendies mal éteints.

On m’a écrit des poèmes sublimes, des lettres de menace de gardiens de la morale.

On m’a érigé des statues et trouvé des statuts : salope, putain …

J’ai attiré les crachats de ceux qui ne m’avaient pas eue, le dédain de ceux qui m’avaient entendu gémir sous leur corps.

La petite histoire  jettera mes cendres dans la fosse commune des fleurs du mal.

Peut-être un homme, plus intelligent ou plus amoureux viendra déposer une rose rouge sang au funérarium pour « Celle qui a donné. »

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :