Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'homme dont je vous parle aujourd'hui, je le considère comme  un homme très sympathique, cultivé, attachant,  il a un coeur d'or, il aime la nature, les enfants, il s'attendrit sur les arbres, les fleurs qu'il connaît toutes par leur nom, il photographie chacune d'elle et  il savoure chaque saison de l'année comme on boirait un nectar à petites gorgées, lentement pour bien s'en imprègner, il admire chaque coucher de soleil, et est sensible à la moindre transformation de l'atmosphère, une goutte d'eau, un glaçon miroitant sous le froid soleil d 'hiver, un lac azuré, des montagnes enneigées, un rayon sur le vert tendre d'une feuille, un oiseau pépiant dans la charmille, tout l'attendrit, tout l'émerveille.

 

A côté de cela, cet homme s'intéresse à la vie du monde, à ses faiblesses, à ses combats, rien de ce qui se fait et se dit ne lui échappe, il se tient au courant des grands bouleversements mondiaux, des dangers engendrés par l'évolution rapide des mentalités, des changements climatiques, des  menaces écologiques qui pèsent sur la planète, des crises innombrables qui surviennent aux quatre coins du monde. La guerre, la faim, les inégalités, le racisme, la torture, rien ne le laisse indifférent. C'est enfin  un grand voyageur et il n'a de cesse de relater ses expériences du bout du monde, on dirait qu'il a parcouru le monde entier et qu'il a retenu à peu près l'essentiel de ce qu'il a vu, entendu, aux quatre coins de la planète.

 

Voilà un peu résumé l'homme que j'ai cru connaître jusqu'à aujourd'hui.

 

Cet homme exceptionnel sait nous enchanter aussi par ses poèmes, ses merveilleuses oeuvres qu'il distille un peu chaque jour et offre à son public comme un cadeau chaque jour renouvelé. Ce n'est pas un égoïste, il ne sait rien garder pour lui, il sait le plaisir que chacun aura à déguster ses rimes si puissantes, si plaisantes, si bien formulées, l'homme a du vocabulaire, de la sensibilité, une grande sensibilité et personne ne pourrait contester sa grande générosité, son aptitude à dire et exprimer les valeurs universelles qui bâtissent et construisent pas à pas chacun des êtres particuliers et singuliers que nous sommes.

 

Mais voilà, cet homme est aussi un autre, il joue un double jeu, et secrètement, dans la partie sombre et noire de sa conscience, lui viennent parfois des idées moins respectables, des envies plus ou moins avouables, des pulsions un peu trop fortes. Et comme les grands écrivains qui ont aussi leur part de mystère et commettent des écrits plus ou moins licencieux, il n'échappe  malheureusement pas à la règle et son imagination l'emporte parfois à pousser des portes défendues, à explorer des mondes dangereux, à pénétrer dans des contrées où l'ombre a fait place à la lumière, où la nature n'est plus la reine, où l'enfant devient triste, où la fleur se fane et les oiseaux restent muets.

 

Il faut , je pense, que c'est homme, que j'estime pourtant beaucoup,  ait subi dans sa vie de graves traumatismes pour en arriver là, mi ange, mi démon, tantôt Dr Jeckil ou Mister Hyde, tantôt agneau et tantôt loup, un homme aux multiples facettes, un être fascinant et déroutant tout à la fois. On ne connaît rien en fait, ou si peu, de la vie passée des gens que l'on côtoie, et ce qui a pu les conduire un jour à s'aventurer sur des terres aussi hasardeuses  et ténébreuses, à dévoiler  simultanément deux visages de lui-même si différents... 

 

Je est un autre, l'autre c'est moi, on ne sait plus bien se retrouver, les forces du mal sont parfois si perfides, si tenaces, qu'on a l'impression qu'elles vont détrôner définitivement l'Homme primitif, au demeurant bon et généreux. Avant de condamner, avant de juger, que chacun s'interroge sur son propre parcours, sur sa propre nature, que chacun cherche en soi la duplicité qui fait de tout être humain celui qu'il est, celui qu'il est devenu, modelé au fil du temps par son vécu, ses expériences, ses rencontres, et qu'il mesure aussi le poids des souffrances enfouies au plus profond de chacun de nous, blessures parfois si profondes et incurables qui peuvent se traduire par le meilleur de ce que nous avons en nous, mais aussi, hélas, par son contraire, c'est-à-dire, l'abject, l'ignominieux et le sordide.

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :