Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'étais il y a quelques années,

Un rosier de bonne composition.

Robuste, j'étais constitué

De grandes fleurs uniflores et groupées.

J'avais, on le disait,

Une belle effloraison.

Je faisais l'unanimité ;

Mes rameaux avaient le pouvoir de refleurir

Nulle raison de dépérir.

 

J'étais constitué de polyanthas

D'un rose carminé perle d'Alcanada,

Egalement, des amoureux de Peynet.

Mais ses racines se sont divisées ;

Il a périclité ,

La greffe n'a pas repris,

Il a périt.

 

Je ne sais si c'est à ce moment là

Que j'ai eu quelques soucis.

Une suppression de gourmands

Qu'on a omis d'effectuer ?

Un greffon raté ?

Une bouture pratiquée hors saison ?

 

Des cochenilles, des cicadelles

Sont venues s'installer ;

Elles ont creusé une galerie

Et petit à petit dévore ma moelle.

Cela nuit considérablement

A mon épanouissement

 

Touchés par ces lépidoptères,

Mes pétales tombent à terre.

Quelques unes se sont envolées

Dans le jardin d'à côté ;

Se sont génétiquement modifiées,

Ont repoussées,

Du rose, elles sont passées au bleuté.

 

J'affronte ces écueil,

Je vais bientôt tourner de l'œil.

 

Il faut remplacer le jardinier !

Qui pourra me sauver ?

Une gouvernance est ouverte.

Qui va prendre la tête ?

Qui déposera les bonnes motions

Pour trouver les remèdes de guérison ?

 

Les débats s'ouvrent dans le brouhaha ;

Plus rien ne va.

Des jardiniers briguent la place ;

Aucun ne veut perdre la face.

Pas de Synthèse

Peu de Solutions.

Peu de Suggestions,

 

Il y a un malaise.

 

Pas de compost,

Beaucoup de ripostes.

L'un propose de l'engrais ;

L'autre dit "C'est pas la panacée !"

Le troisième "Il faut de la bouillie bordelaise,

Votre argumentation est mauvaise".

Doucement je fane ; attention !

Ce sont toutes les légumineuses

Qui regarde le "Pas de Solidarité"

Se diviser pour mieux régner.

 

Le suffrage a lieu :

Reste deux pépiniéristes

Sur la liste.

L'un sort de peu,

L'autre conteste,

Trouve le résultat indigeste.

 

Et pendant ce temps là,

Toutes les plantes sèchent sur pied.

Elles attendent un souffle, une idée,

Qui ne vient pas.

 

Les prétendants ont perdu la boussole.

J'ai bien une solution :

Elle favorise la communication

Et la compréhension :

C'est la pierre chrysocolle.*

Mais personne ne m'écoute

C'est la banqueroute.

 

J'entends avec stupeur

Ces voix sibyllines.

Les querelles intestines

Me rendent d'humeur chagrine.

Je deviens rosier pleureur ;

Je suis sur un bateau ivre,

Je chavire;

 

Deux capitaines se bagarrent

Pour tenir la barre.

Je coule à bâbord,

Tandis qu'on se gausse à tribord.

 

Epitaphe :

Eglantier sur le flanc

Mort dans un champ de foire.

Suite à une bataille de territoire

Il fut écrasé par un troupeau d'éléphants.

 

*Pierre chrysocolle : Propriété calmantes, de détente et de repos.

Equilibre et apaise tous les centres énergétiques.

La chrysocolle repousse les énergies négatives en faisant régner l'harmonie, le dialogue et la tolérance.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :