Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dehors, l'orage grondait et je n'imaginais pas encore que la porte s'ouvrirait s'y violemment.

 

_" Elle est morte! Mon Dieu qu'ai je fait? "

 

Elle m'apparut détrempée, ses longs cheveux raidis par la pluie, dégoulinant sur son fin visage bouleversé.

Ses mains levées, suppliant à l'invisible, la douleur qui brouillait son regard et sans doute déchirait son coeur.

 

_" J'ai tué - - - ma soeur! "

 

Elle sanglotait horrifiée par cet effroyable aveu.

Je l'attirais doucement dans mes bras, posant sa tête sur mon épaule, caressant ses cheveux.

 

_" Chut! chut! je suis là, n'ai pas peur, je reste prés de toi. "

 

Immobiles, dans ce vaste hall que des chandelles murales éclairaient.

Consolation de l'instant en urgence, où palpitait l'amour avant le questionnement de la situation.

 

Il me semblait sentir battre son coeur, affolé, puis apaisé, de nouveau en fuite éperdue.

Je m'écartais, pris son visage pâle entre mes mains où se dessinait une expression torturée. L'angoisse luisait dans ses yeux rougis.

Son regard intense pénétrait mon âme dans un ultime appel à l'aide.

Une vague de larmes déferla sur ses joues, jusqu'à mes doigts paralysés par cette si grande souffrance.

 

Ma voix se voulait douce traversé par l'émotion.

_" Fragile papillon, tu as tué? Toi, incapable du moindre mal à autrui.

 

_ Elle est morte! J'ai vu son corps - - - sur le grand lit blanc. Ses proches se lamentaient du drame, questionnant le vide de ce soudain suicide."

 

Un profond souffle de soulagement m'envahit, mon coeur sourit à l'amie fidèle.

 

_" Ta soeur, suicidée?! C'est tellement imprévisible. Mais tu n'y es pour rien! Ce n'est pas de ta - - -

 

Elle posa un doigt sur mes lèvres violines, fronça les sourcils et de sa voix enfantine, _ C'est de ma faute! C'est moi qui l'ai poussé au suicide. Je suis une meurtrière!

 

_ Asseyons-nous que tu me racontes. "

 

Sur les dernières marches du haut escalier, elle me confia la dispute qui avait éclaté entre elles, la semaine dernière.

 

_" J'ai fait un test A-D-N, pour prouver à ma soeur que son père n'était pas le mien! Mais elle ne voulait pas entendre que notre mère ait pu tromper son mari et donc notre père, enfin "son" père. "

 

Les larmes séchaient, le coeur se confiait, la voix reprenait de l'assurance, mais l'amertume inondait son regard.

 

_" Je ne voulais pas la blesser, seulement, qu'elle me soutienne dans cette épreuve. Moi, je n'ai plus de père! "

 

De nouveau une vague déborda les pupilles brillantes de douleur.

 

Je pris ses mains froides entre les miennes, pour lui offrir - - - toute ma compassion, ma présence.

 

_" Dans cette pénible histoire de famille, c'est "toi" la victime.

Fragile papillon, la nuit t'emporte - - - "

 

La bouche entrouverte, son menton tremblant un peu, les sanglots boulaient dans sa gorge brulante d'une terrible vérité que son esprit refusait.

 

Lentement, elle se leva, regarda autour d'elle. La pénombre l'enveloppait, froide, morbide. Ses yeux reflétaient toute l'impuissance, la solitude, d'une détresse intérieure.

 

Elle fit non de la tête comme pour exorciser les doutes qui l'envahissaient.

 

Je me levais à mon tour,

_" Ce n'est pas ta soeur qui s'est suicidée, mais son malaise expliquait son alitement. "

 

Mon calme, le trop grand silence alentour, et ce froid saisissant qui traversait le corps.

 

_" Non!

 

Dans son cri déchirant l'espace, la jeune femme comprenait soudain son geste irrévocable.

 

_ Non! "

 

Moi, sa confidente dans la détresse, son hôtesse dans l'acte accomplit, j'accueillais cette amitié "éternelle."

 

Et cela bien qu'il est des jours et des lunes, des saisons et des années où la poussière efface l'entendement.

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :