Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dehors, l’orage grondait et je n’imaginais pas encore que la porte s’ouvrirait si violemment !

 

-Il est vrai que le bois en était quelque peu vermoulu, laissant paraître des signes de fatigue certains !

Mais  la maison a plus de 150 ans …quant à la porte ?

-Que peut-être n’avais-je pas fermée correctement ;  l’huis est si  capricieux, au gré de l’hygrométrie ambiante ?

-Mais quand même, un tel bruit m’anéantit quelques secondes !!!

.Bien calé au fond de mon lit, j’avais portant  mis à distance les zébrures célestes , les coups de vent et les coups de tonnerre, assourdis par le double vitrage du velux assez récent, (lui), puisque j’avais investi les combles,  ce qui me laissaient supposer que je pouvais jouir du spectacle sans en être autrement perturbé !

 

Il faut préciser que depuis l’enfance j’aime l’orage. Il me semble qu’à l’occasion de ces brusques variations atmosphériques un nettoyage total du ciel et de mon environnement s’opère miraculeusement,  que toutes les scories récemment accumulées sont soudainement balayées par un grand coup de ménage absolument gratuit !

L’atmosphère plombée devient ensuite plus respirable, souvent il pleut enfin des cordes, alors que la nature précédemment n’en pouvait plus de chaleur et de sécheresse, et l’odeur qui monte ensuite de la terre m’emplit de gratitude !

Au lendemain, les massifs se dressent fièrement près des clôtures, le potager a parfois un peu momentanément souffert : certes, les salades sont couvertes de boue, mais elles reprennent vigueur et s’étoffent, les pieds d’artichauts s’épanouissent, les  courgettes et potirons lancent de nouvelles et longilignes tiges alentour, les herbes aromatiques reprennent vie et vigueur,et l’herbe roussie reverdit enfin !

Sans compter  les tensions qui  semblent miraculeusement apaisées entre les êtres humains ! Que du bonheur, non ?

 Et quel spectacle ! Le ciel illuminé comme en plein jour, les ombres fugitives qui me font signe et tournent au gré des éclairs ! Un vrai feu d’artifice gratuit à domicile !

Mais revenons-en à la porte…ce bruit entendu…il faudrait  que j’aille voir quand même !

Allez, du courage ! Sors de ton lit, ouvre bien  tes mirettes, arme toi,  descends !

Heu ???

J’entends des pas, non plutôt comme des froissements étranges, inconnus?!

Enfin  il m’a semblé…

Bizarre, le chien n’a pas aboyé, pourtant, alors qu’il est bon gardien ?

Il est vrai qu’il ne craint pas l’orage non plus, et dort probablement sur ses deux grandes oreilles ! Mais il réagit aux présences inconnues !

Bon…que faire ?

 

Il faut préciser que je suis  en petite tenue,  -c’est peu dire- …bref quasi nu comme un ver…

-peu impressionnant en somme !

 Quitter mon nid douillet pour ce bruit –là, venu d’en bas ?

-Si, tu dois aller voir, car peut-être y aura-t-il des dégâts, l’eau ruisselle déjà dans l’entrée, ou bien quelqu’ intrus à demi  mort serait  venu s’effondrer chez toi, arrachant l’antique porte à ses gonds ?

-Ou encore la foudre serait-elle tombée sur le majestueux catalpa qui l’aurait défoncée  en tombant ?

… et alors, le feu peut avoir pris au rez-de- chaussée, et  tu vas mourir carbonisé dans ton sommeil, qui sait ?

 

-Mais non, ça ne sent pas le brûlé…ni la fumée…mais quand même, il y a comme une odeur de souffre , ou de...de quoi au juste ?

 

-j’entends craquer là non ?

-Certes j’aime l’orage, je le confirme,  mais « faut pas exagérer non plus » ! Tous les ans quelques personnes meurent foudroyées ! Même sur un terrain de foot, cette année ! On ne peut pas mettre en cause les arbres, là !

 

Oh et puis zut alors, je commence à frissonner ! Peur, moi ? Non mais vous rêvez ! Je suis un homme ! Rationnel, sage, tranquille, qui vit en harmonie avec mère nature…

Oui, je me vante peut-être un peu, mais pour les compliments, je n’en croise pas beaucoup, à vivre si souvent replié sur moi-même, alors je m’auto congratule sans vergogne, et mon chien n’en prend pas ombrage !

Virgile, où es-tu ?

VIRGILE ! tu dors ? Viens mon chien !

VirrrrGILE !

Silence.

Mais …. Tout à l’heure nous étions sortis ensemble dans le champ ?…l’ai-je fait rentrer ? Je ne sais plus, le téléphone a sonné, il courait après un papillon ou une autre bestiole, et j’ai foncé dans l’entrée…puis ?

Bon, ma conversation a duré plus d’une heure, c’est vrai ! Mais c’est du domaine privé !

Non, je n’ai pas à me justifier ! Et puis quoi encore ? N’insistez pas, je ne vous dirai rien ! Privé !

 

J’en étais là de mon soliloque lorsque j’entendis un coup de tonnerre qui ébranla toute la bâtisse : éclair et tonnerre, de concert !

Juste sur moi !

Evidemment, le geste incertain vers le bouton poussoir de ma lampe de chevet se solda par un échec : il n’y avait plus de courant !

(Heureusement que j’ai l’habitude et que je sème ça et là  lampes de poches et bougies ! Bon pas de panique, d’ailleurs c’est presque la pleine lune, et on y voit bien…)

 

Je suis le mec top, assez organisé, malgré ses incompétences, je vous l’ai dit !

 

Ok, je sors du lit ! Je vais voir !

J’enfile mes babouches jaunes achetées au Maroc lors de vacances lointaines, et puis je dévale (nonchalamment, quand même !), l’escalier, muni de ma torche.

Mais voilà que je m’étale de tout mon long  dès la dernière marche ! Le chien Virgile,  bien sûr ! Couleur carrelage !…

 

Il n’a pas le droit de monter à l’étage et respecte scrupuleusement l’ordre établi ! Aussi,  il m’attend parfois …juste au pied de l’escalier, tout comme cette fois-ci !

Donc, il est là, bien rentré ! Je peine à reprendre mes esprits …une idée après l’autre…je suis cependant rassuré.

Au fond du couloir, la porte d’entrée baille, des copeaux de bois pourri jonche le sol, des feuilles, de la pluie entrée sans y être invitée, un petit désastre ménager somme toute assez fréquent lorsqu’on habite en milieu rural, tout du moins dans ma région !

 

Et puis, brusquement, j’aperçois dans le halo de ma lampe de poche quelque chose…

Que je ne connais pas…

Oh, rien de menaçant, juste d’étonnant !

 

Comme une Enorme châtaigne, parmi les feuilles,  l’eau,  les salissures naturelles -que je ne comparerais surtout pas à celles de l’Amoco Cadix , ou autre pollution industrielle désastreuse émaillant nos dernières décennies- Non, du campagnard !du vrai ! boue, eau, branches, feuilles, débris en tout genre, puis…une non, deux, trois,  boules plus petites couleur nature, enfouies ça et là dans les débris qui jonchent le sol !

 

Bref, dans le faisceau de ma lampe je distingue quelque chose d’indéfini que je n’ai jamais vu CHEZ moi, à l’intérieur ! Pourtant, cela vingt années que je demeure dans ce lieu champêtre qui m’a séduit !

 

Je n’étais donc  pas au bout de mes découvertes  et aventures,  soyez-en sûrs !

 

Avez-vous deviné ?

 

 

Il ne me restait plus qu’à faire du ménage, -mais cela pourrait  attendre l’aube car à la lueur d’une simple torche, cela risquerait de ne pas être très efficace - et de tenter de refermer tant bien que mal cette antiquité  de porte ouverte sur les éléments déchaînés !  Quel vent !

 

Les jours et mois suivants,  j’allais avoir d’autres surprises…

Au petit déjeuner, j’étais bien moins seul, mais mes invités dormaient toujours dans les feuilles qui jonchaient le sol.

 

Il est des jours et des lunes, des saisons et des années où la poussière efface l’entendement.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :