Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

« Dehors l'orage grondait et je n'imaginais pas encore que la porte s'ouvrirait si violemment. »

La phrase  résonnait  encore et  toujours  en lui comme un leitmotiv. Elle l'obsédait jour et  nuit depuis ce jour d'octobre, il y a  13 ans ………..

 

Ce jour là, l'inspecteur  Yann Caradec se préparait à quitter son bureau. La journée  s'était étirée  péniblement  dans  un quotidien banal car rien d'extraordinaire ne venait jamais troubler la quiétude de cette petite ville de province  où il essayait de chasser  son ennui. C'est alors  qu'il vit entrer  un fantôme !

Mi-ange, mi-démon, sale, trempée,  à moitié  nue, la jeune femme qui se tenait devant lui aurait  relevé de l'irréel, si elle n'avait été accompagnée  d'une brave  grand-mère. Celle-ci l'avait  trouvée  errant  dans la rue  et,  défiant   la pluie,  l'avait guidée  tant  bien que mal  jusqu'au commissariat .

 

Yann  plongea  dans la profondeur océane  du regard  fantasmagorique. A partir de cet instant, foudroyé, sa vie bascula  dans une autre dimension.

Retrouvant  ses esprits,  ses premiers gestes furent de couvrir la demoiselle, de lui proposer une boisson chaude,  de la réconforter,  de l'apprivoiser,   puis de l'interroger. La terreur sembla  peu à peu  l'abandonner  même si la peur restait encore  bien palpable. En état de choc,  elle ne cessait de répéter :

« Dehors l'orage grondait  et je n'imaginais pas encore que la porte s'ouvrirait si violemment. »

Le langage  un peu précieux,  la voix douce et limpide  contrastaient  avec l'allure  très négligée  et renforçaient  l'étrangeté de cette apparition.

Yann  la  confia  aux services sociaux  compétents et  rentra chez lui hypnotisé  par le mystère qu'abritaient  de magnifiques  yeux  azur !

 

 

Pendant  13 ans , il chercha , enquêta , questionna , fouilla,  ne négligeant ni  sa peine, ni celle de ses hommes ,  ni les moyens mis en œuvre   pour percer le mystère de celle que l'on avait prénommée  Claire !

Ses recherches ne donnèrent aucun résultat ! Il ne découvrit jamais qui elle était, d'où elle venait,  ce qui lui était arrivé et  il avait bien  failli en devenir  fou.

Les médecins, quant à eux,  avaient  diagnostiqué  une amnésie profonde, une malnutrition ancienne, un cœur  extrêmement  fatigué.  Elle  ne portait aucune trace de coups, elle n'avait jamais subi de sévices, était encore vierge et ne supportait pas  qu'on la touche !  Rien de plus ! On avait  supposé  un probable  et long  enfermement.

 

Depuis  13 interminables années, amoureux  d'une absente, Yann lui rendait visite  espérant un miracle ! Il l'entourait, la protégeait, la berçait d'un amour platonique qui le  rongeait.

Elle était belle à se damner.

Dans le visage d'un ovale parfait,  le regard  s'enfuyait  des  prunelles en amande. Les yeux,  toujours en action,  s'agrandissaient , s'écarquillaient , se mouillaient  et, sur les cils longs et délicatement  courbés  souvent,  perlait  une larme . Les sourcils  épais,   bien  dessinés  se fronçaient  au moindre  bruit. Des joues creuses, ressortaient  les pommettes  qui rosissaient  dès qu'on l'abordait. Le nez, légèrement retroussé apportait  une  touche enfantine  à ce beau minois.  Elle ne  riait jamais, mais parfois esquissait un sourire. Les lèvres  s'ouvraient  alors sur des dents  d'une blancheur virginale. Les cheveux fauves,  ondulés lui donnaient une allure  de sauvageonne. La peau  satinée révélait un corps un peu maigre,  mais néanmoins musclé. Les jambes élancées contribuaient  à une démarche aérienne, gracieuse. Le fantôme  était devenu sirène ! Seules  les mains fines,  en perpétuel mouvement et  le regard  pénétrant  témoignaient  d'une fragilité intense,  d'une anxiété  incontrôlable,  d'une douleur infinie,  d'une souffrance  bien réelle . Mais impossible de percer le passé douloureux  de Claire ! Elle attendait les visites de Yann, elle appréciait ses conversations, ses cadeaux, elle lui  souriait,  elle  laissait alors fugacement  transparaitre sa joie, sa tendresse, peut être son amour, mais elle ne lui avait  jamais rien dit ! Ni au psy, ni à personne !  Elle était restée murée dans son silence, se contentant de  psalmodier  cet  éternel refrain : 

« Dehors l'orage grondait  et je n'imaginais pas que la porte  s'ouvrirait  si violemment. »

 

Yann  était  à présent  arrivé  devant  son commissariat.  Machinalement,  ses pas  l'avaient  conduit ici. Il monta,  s'assit à son bureau. Il était trempé  mais  n'avait  rien senti de la pluie battante. Il prit un dossier, l'ouvrit  et inscrivit : vendredi 13 octobre 2013   décès  de Claire X.

 

C'était fini !  Elle était morte, emportée  par son cœur épuisé.

Sous l'assaut  d'une vague  de larmes,  il referma précipitamment  le dossier vide !

« Il est de jours  et de lunes,  des saisons et des années où la poussière efface l'entendement. »

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :