Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


Mon cher ego,

 

Non, il ne s'agit pas d'un oubli de la poste. J'ai bien écrit cette lettre il y a vingt ans.

Ce bon facteur... Je savais que je pouvais compter sur lui, malgré ses rhumatismes. A-t-il bien oblitéré l'enveloppe à mon époque, et non la tienne ? J'espère que tu lui as offert à boire, pour le service. Il doit avoir une canne maintenant, je suppose ...? Depuis le temps... Se souvient-il de toi quand tu étais encore jeune ?

Se souvient-il donc de moi ?

Et toi ? Comment te sens-tu ? Comment suis-je à ton âge ?

Au fait, je me permets le tutoiement. Je dois le respect à ta plus longue existence, mais étant toi même en moins vieux...

 

Ton caractère n'a pas trop changé durant ces vingt années ? Et mes cheveux ? Sont-ils blancs ? En reste-t-il ?

Excuse-moi, je suis certainement indiscret mais tu connais notre curiosité...

 

Je viens de donner le biberon à ton chat Pikouz. Il y a trois jours, je l'ai sorti de l'étang. Quelqu'un voulait se débarrasser d'une nichée. As-tu trouvé qui c'était ? C'est le seul que j'ai pu sauver de la noyade. Il va vivre, il est solide. Il doit être si vieux...

Ronronne-t-il toujours près de la cheminée ? Il est encore vivant...

N'est-ce pas ? Très très vieux mais vivant ?

Je pense à toi. Est-ce de l'affection ou de l'égoïsme ?

Je ne sais pas.

J'espère ne pas réveiller les souvenirs de tes belles résolutions prises dans cette lettre ? Sinon à quoi serviraient tous mes efforts pour te maintenir en bonne forme ?

 

Qu'il pleuve ou qu'il vente, tu devais faire ta promenade quotidienne sur le chemin qui borde les plages, tu devais prendre soin de toi.

M'as-tu bien suivi ? N'est-ce pas ?

Je te taquine...

Ne te vexe donc pas si tu as pris un peu trop de gras, si ton coeur commence à refuser le moindre effort.

Je sais, tu ne peux rien me cacher... Je me connais... Un peu trop bon vivant...

 

Tu dois sans doute regretter de n'avoir pas été si sage, il te semble que c'est bien tard pour espérer retrouver un semblant de santé.

 

J'ai peut-être la solution !

 

Si je t'écris aujourd'hui, pardon, il y a longtemps, c'est à cause d'un grand espoir que je caresse.

Pour Pikouz, nous ne pouvons rien faire, il est trop vieux, il a eu une belle vie, nous avons tant pris soin de lui.

 

Mais pour nous ? Songe un peu !

 

Imagine que tu me répondes...

 

J'ai certainement fait beaucoup trop d'excès depuis tout ce temps.

Ne te fâche pas, je sais que je suis responsable de ton état... Mais je veux me rattraper !

 

Ecris-moi simplement la longue liste des bêtises et erreurs en tout genre que j'ai pu commettre pendant la longue existence qui nous sépare.

 

Tu as mal au dos ? Je dormirai sur des planches en bois.

Des crampes en soulevant les bûches ? Je ferai de la musculation quotidienne. Tes jambes sont flasques ? Je prendrai mes bains dans l'océan, même en hiver.

Tu as compris ? Ne reste pas avachi près du feu, prend vite une lettre et ta plume.

Crois-moi, tu peux compter sur toi quand tu étais jeune. Je peux t'offrir un rabiot de beaux jours, en assurant les miens.

 

Cher ego, s'il te plait, réponds-moi.

 

 

                            Péhel.

 

 

PS : si d'aventure, vous n'étiez pas moi, seulement le facteur, un ami, un descendant... N'allez pas me répondre que je suis mort : vous en seriez responsable.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :