Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Si j’écrivais sur un mur,

 

Ce ne serait ni ton nom, ni le mien. Je ne graverais pas mon désarroi, n’exposerais  pas mes faiblesses, n’épancherais pas  les flots acides de la colère.

 

Si j’écrivais sur un mur,

 

Je tracerais une à une les 26 lettres de l’alphabet, de préférence très colorées, avec une encre aux arômes  de bonbons bariolés, que les petits enfants attirés par le mystère des grandes lettres exposées décolleraient une à une et mettraient bout à bout sur les lignes du génie libre  qui les habitent encore.

 

Sur mes épaules douloureuses d’avoir supporter les bagages d’une vie, je hisserais le plus petit, le plus pâle, le plus maigre et le plus triste d’entre eux, pour qu’il dessine tout en haut, hors de portée des hommes, des oiseaux chamarrés, un soleil de flammes pures, un ciel lapis-lazuli où les moutons blancs pourraient courir librement. Le monde tel qu’il devrait être s’il n’était pas malade.

 

Si j’écrivais sur un mur,

 

Les autres gamins oeuvreraient à  hauteur de leur âge. Du plumage des oiseaux, le plus petit ferait choir pour eux des plumes à tremper dans des encriers. Ils tapisseraient le mur de leurs mots maladroits et  justes, méprisant complaisance et lâcheté, pour oser dénoncer les guerres dérisoires,  fustiger les hommes assoiffés de pouvoir, et révéler le grand mensonge planétaire grâce auquel, sur l’échiquier du monde, quelques canines acérées se jouent des pions derrière des écrans de fumée, pour mieux les dévorer. Les petits diraient qu’ils ne sont pas dupes. Ils sauraient rester libres.

 

Si j’écrivais sur un mur,

 

Je chercherais le plus vieux, le plus ridé des Anciens. Je l’inviterais à nous offrir quelques lignes qu’il tracerait de sa main malhabile d’avoir tant survécu. Il écrirait qu’il n’a plus aucune certitude, excepté que l’humanité crève de la vanité de croire en son éternité.  Et parce que cet Ancien aurait échappé à la peste de l’amertume et du renoncement, il sourirait.

 

Il dirait aux hommes de demain qu’ils ont encore le choix.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :