Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


Il en est de rudes

Qui escaladent le flanc des coteaux et dévalent les pentes sans crier gare.

Il en est de patientes

Qui tournent et retournent et contournent sans fin les quartiers endormis.

Il en est de languides

Qui suivent le fil de l'eau amolli par la douceur du printemps.

Il en est de martiales

Qui montent d'un élan à l'assaut des bastions outragés

Il en est de martyres

Qui laissent béer leurs entrailles défigurées au fil des chantiers jamais achevés.

Il en est de bourgeoises

Qui ne tolèrent que les chiens bien élevés et les aiguilles des escarpins griffés.

Il en est de glauques

Qui mouillent leur pavé du brouillard blanchi sorti des polars fétides.

Il en est de canailles

Qui s'acoquinent avec les remugles usés des frites et des cochonnailles.

Il en est de secrètes

Qui jouent à cache-cache entre les jardins entrelacés et les grilles entrouvertes.

Il en est de généreuses

Qui offrent leurs trottoirs aux vitrines rutilantes et aux passants aisés.

Il en est de nobles

Qui longent en silence les façades grises des hôtels particuliers.

Il en est de glamour

Qui offrent leurs affiches pâlies aux blondeurs fanées de Marilyn.

Il en est d'heureuses

Qui cachent dans leurs détours tant de baisers insouciants.

Il en est de pieuses

Qui d'une Vierge au regard aimant invitent le passant.

Il en est de frigides

Qui sont sans regard, tristes, indifférentes et nues.

Il en est de torrides

Qui chauffent leurs trottoirs de néons rouges, orange ou bleus.

Il en est d'amoureuses

Qui réchauffent de tendresse le coeur des humains esseulés.


Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :