Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


  Si j'étais une pantoufle, je ne me contenterais certainement pas d'une vie d'absurdité, avachie au pied d'un beauf avachi lui-même devant sa télé. Non! Je m'installerais, un matin de juin, à un carrefour de chemins creux, sous les branchages d'un vieux tilleul, au milieu des blés encore un peu verts et des coquelicots. J'attendrais, en regardant par le petit trou percé au fil des ans par le gros orteil d'un maître sans égards, les épisodes de la journée.

 

        Dès cinq heures, couvrant le récital des merles et des grives, un vigneron, au chef curieusement coiffé d'un casque venu tout droit des colonies, tire derrière son tracteur tonitruant un cylindre de métal, rempli de sulfate qu'un tourniquet va bientôt envoyer à tous vents: bonjour la planète! Un poète matinal lui succède bientôt, il ne pouvait plus dormir. Il laisse dériver ses pensées et griffonne, brouillon, des listes de synonymes dans lesquelles il cueillera le verbe fort, la rime espérée. Puis, pendant quelques heures, plus rien... Il me faut attendre midi pour qu'une joyeuse colonie de vacances déballe à grands cris son pique-nique juste à côté de moi, sans même même me jeter un regard. Décidément, la vie de pantoufle est bien ingrate! Mais les rires et les jeux des enfants ont vite fait de me rendre le sourire, et s'ils restent ici toute l'après-midi, c'est sûr, je ne regretterai pas le programme télé!

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :