Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


La lourdeur, l’opacité la clameur

De ton silence à mes côtés me laissent sans voix.

Mes tentatives de paroles restent sans écho

Je n’ai plus voix au chapitre de ta vie

 

Inopinément, tu vocifères

Parfois, ou souvent

Si par hasard l’un ou l’autre a failli,

Selon tes propres critères…

 

Taire mes cris, c’est ce que je savais si bien faire

Mais voilà qu’un jour j’ai compris

Qu’il valait mieux que je les libère !

Désormais je ne parviens plus à me taire :

 

Je dis.

Je crie parfois aussi,

Ce que je n’avais jamais su faire ;

Quel drôle de bruit !

 

Le silence entre nos vies

A creusé un sillon bien rempli

De multiples débris.

 

Plus aucun mot pour le combler :

Le voilà asséché

Sa terre est craquelée.

 

Un orage, une autre saison

Un nuage, une nouvelle raison

Raison de vivre en construction

 

Effacée, la passion de se dire

Emmuré dans ton lourd silence et ses plis

Tu brasses l’air, alors j’en ris !

 

Mes mots éclateront en bulles de savon

Ailleurs, sous d’autres horizons

 

Ma voix au creux de l’oreille amie

Prochainement chuchotera dans la nuit

Le paysage entier de ma vie.

 

Plus tard, un autre soir

Naîtra peut-être en canon

Une douce chanson

 

Reprise en cœur à cœur

Quand sera bannie toute peur :

Polyphonie  

 

Mélodie du bonheur,

Pour de bon !

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :