Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Comme chaque matin, j'ouvre les yeux sur les longues branches tortueuses de cet imposant chêne centenaire. En toile de fond, un ciel bleu dont la clarté traverse le carreau du velux de ma chambre.

 Je m'étends, baille, me frotte les yeux. Mon lit me susurre de prolonger ce repos matinal, alors je me tourne sur le côté et referme les yeux. Je tire le drap moelleux à mi hauteur de mon visage, un peu comme un enfant se rassure par la caresse de son doudou.

 Tiens tiens, voila maintenant que mon estomac me tiraille. Je visualise de fines céréales chocolatées flottant dans un demi bol de lait bien frais, surtout ne pas les laisser se ramollir, profiter du craquant, un délice!

 Dans une soucoupe étoilée, un petit suisse légèrement poudré de sucre cristallisé, ressemblant à une montagne enneigée étincelant de cristaux glacés.

 Dans un grand plat fleuri, un énorme pamplemousse chinois dont je me délecterais avidement de sa pulpe juteuse.

 Après une heure à combler mes papilles gustatives, je savourerais un chaud cappuccino. Ce sera mon seul repas de la journée. Je n'ai jamais eu un gros appétit.

 A regret je quitte mon lit. Mes pieds dans les chaussons fourrés, un large châle de laine sur les épaules et je sors de la pièce.

 Le palier du premier étage est silencieux. D'ailleurs, qui ferait du bruit puisque je vie seule dans cette charmante maison de campagne?

 Pirate, mon chat tigré noir et blanc, doit certainement m'attendre sur un banc de la cuisine. En fait,c'est plutôt après sa viennoiserie qu'il se languit.

 J'entends Pélargie, une chienne cocker anglaise rousse, japper dans le jardin. J'espère que sa trappe n'est pas restée ouverte.

 Non, je n'ai vraiment pas le courage d'ouvrir les volets. C'est de plus en plus pénible avec mon arthrose dans le bras droit. Et puis,j'aime me déplacer dans cette demi obscurité qui me permet d'allumer, par ci par là, des chandelles aux délicats bougeoirs en porcelaine.

 Alors que je m'apprête à descendre l'escalier, une main posée sur la rampe un pied sur la première marche, je tend l'oreille.

 On dirait que quelqu'un frappe à la porte d'entrée avec insistance, puis des éclats de voix, de rire.

 Je pensais que le portail en fer était cadenassé. Et pourquoi Pélargie n'a t-elle pas effrayé ces opportuns?

 Je perçois des pas précipités, quelqu'un court autour de la maison, un tour- 2-3-4-5-6-7 fois.

 Mais enfin, n'ont ils pas vu la pancarte : propriété privée! ne pas déranger! chien méchant!

 Ma pauvre Pélargie, elle ne ferait pas de mal à une mouche, mais d'habitude ses aboiements aigus éloignent les démarcheurs curieux.

 Une clé dans la serrure, c'est trop fort!!

Je m'agenouille derrière les barreaux de bois du garde-corps de l'escalier. Je ne suis pas effrayée mais très en colère!

 La porte s'ouvre brutalement sur un couple de jeunes gens d'une vingtaine d'année, d'allure réjouit.

La jeune fille referme la porte.

- " Tu te moques toujours de moi, mais la légende dit bien qu'il faut faire 7 fois le tour d'une maison inconnue avant d'entrer.-

- Sornette! Superstition! Quelle bêtise! "

 Ha! mais ce garçon ne me plait pas du tout. La fille a l'air plus sérieuse, plus réfléchit, enfin plus au courant---

- " Je dois reconnaître que tu es une sacrée maligne, pour avoir dérobé la clé de cette bicoque à ta copine. On visite?! "

 Mais qu'est ce qu'il raconte ce jeunot, ma maison une bicoque! Il commence à m'agacer ce gamin!

- " Sania m'a si souvent parlé de sa grand mère morte à cent sept ans, que je suis toute émue de me retrouver ici. Et puis c'est pour fêter son anniversaire, dans cet endroit rempli de souvenirs, la surprise va lui être fort agréable.

- Tu as raison,une fête qui déchire! Pas mal de boisson, des nanas de la fumée et une nuit de grand frisson!

- Non, c'est pas vraiment comme ça que je vois la soirée. C'est pas du tout une rave party! "

 Taratata, ces deux là délirent complètement. Une nuit de vacarme, de désordre, d'orgies! Je dois immédiatement réagir, avant que---

- " Allez viens! on monte visiter, je veux voir la chambre de la vieille! "

 Tout en s'esclaffant le jeune homme tire sa compagne vers l'escalier.

Une dizaine de marches et il s'arrêtent devant un étrange tableau accroché au mur.

- " C'est bizarre d'encadrer un puzzle inachevé, elle devait pas avoir toute sa tête la mémé. " ricanement sarcastique du garçon.

 Là, c'en est assez!

Je me lève de derrière ma cachette. Petite mais très droite, je fais face à l'adversaire. Un miaulement de Pirate qui passe entre leurs jambes les fait se tourner vers moi.

 J'espère que j'impressionne dans ma longue chemise de nuit blanche, mes courts cheveux blancs, ma peau trop blanche. Normal je suis morte, je suis un fantôme!

 Je fronce le front comme pour signifier mon mécontentement. Puis mon visage se détend, je souris et doucement je souffle dans leur direction.

 Une légère fumée enveloppe le jeune homme qui commence à rapetisser, rapetisser, rapetisser---et s'évapore. Pour reparaitre dans le tableau formant d'autres pièces du puzzle. Ce qui donne, des yeux affolés par ci, une bouche grande ouverte dans un cri inaudible par là. Des bras en l'air sur un côté, des jambes entre mêlées en bas.

- " ha! ha! ha! Je ris doucement de ce freluquet prétentieux pris au piège de son arrogance.

- Non! s'il vous plait! ne me faite pas de mal! supplie la blonde enfant apeurée.

- Jeune demoiselle, ton respect pour la légende te protège. Mais, pars vite de chez moi! Ne raconte pas ce que tu viens de voir et surtout, ne reviens jamais!!!!!!! "

 Ce dernier mot résonne en écho dans toute la maison.

L'inconnue tourne les talons, descend précipitamment les quelques marches. Par la porte restée grande ouverte, je la vois monter dans sa voiture, démarrer en trombe et disparaître au bout de l'allée de platanes.

 Lentement la porte se referme.

" Enfin tranquille mon bon Pirate, allons prendre ce délicieux petit déjeuner qui nous attend. Je disais donc, céréales pour moi et viennoiserie pour toi."

 Il est très imprudent, voir dangereux d'entrer dans une maison sans y être invité. D'autant plus quand la propriétaire hante les lieux.

 Plus est, de ne pas respecter les légendes.

Alors jeunes gens,croyez mon expérience, n'entrez " jamais " dans un lieux inconnu avant d'en avoir fait 7 fois le tour! Au pire la légende vous protègera et vous ne finirez pas accrocher au mur, perdu au

milieu d'un puzzle---bien étrange!       


 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :