Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'étais bien fatiguée, car on avait fait un long voyage, j'avais quand même dormi dans le train, dans le filet à bagages, et j'étais aussi très excitée par cette grande aventure et impatiente de découvrir bientôt tant de choses nouvelles pour moi. On est descendus du train, quelqu'un nous attendait à la gare, des amis, sans doute, ils m'ont longuement dévisagée et embrassée fort, très fort, comme s'ils me connaissaient depuis toujours. "Elle est déjà bien grande" a dit le Monsieur.  "et jolie", a ajouté la dame. Je me suis laissé faire, sans bouger et on est partis dans leur belle voiture à toit ouvrant. C'était la première fois que je montais dans une voiture.

Arrivés dans leur maison, ils se sont précipités dans la salle de bains (je n'avais jamais vu non plus de genre d'endroit avec plein de robinets partout et un curieux objet blanc contre le mur qui prenait toute la place). Ils m'on débarbouillée, m'ont plongée dans le grand récipient blanc rempli d'eau, je n'osais rien dire, je serrais les dents, car j'avais très peur de me noyer. La dame a dit : "On va jeter ces vilains souliers de bois à la poubelle", elle est allée chercher un linge, c'était une grande serviette, douce, très douce... puis elle a ouvert une armoire où étaient empilés toutes sortes de petits vêtements : culottes, chemises, chaussettes, jupettes, elle a pris la plus belle robe et me l'a enfilée. Moi, je me laissais faire, sans parler, car j'étais très intimidée. De temps en temps, elle déposait un petit baiser léger sur ma joue. Quand j'ai été complétement habillée, le Monsieur est entré, il a dit : "Mais tu as l'air d'une vraie princesse !" Puis il m'a serrée très fort contre lui. J'avais très peur, car c'était un grand Monsieur,très impressionnant,  mais je me suis vite rassurée à son regard, qu'il avait très bleu et très doux.

Je ne savais pas ce qu'était au juste une princesse, je n'en avais jamais vue, après, j'ai su  qu'elles habitaient dans des châteaux et qu'elles étaient très très belles et très très riches, mais que leur demeure favorite, en fait, c'était les livres d'enfant, mais je ne savais pas encore ce qu'était un livre d'enfant, je n'en avais jamais vu, je ne savais d'ailleurs pas non plus ce qu'était un livre tout court.

Ensuite, ils m'on montré ma chambre. "C'est là que tu dormiras maintenant". Je fus très surprise de découvrir qu'il n'y avait qu'un seul lit. "Mais où dormiront les autres ?" demandais-je à la dame. " Il n'y en aura pas d'autre" répondit-elle. Désormais, tu auras ta chambre pour toi toute seule et tu possèderas ton propre  lit, comme une grande." Cette idée me fit très très  peur. Car c'est quand même plus rassurant de se sentir entourée par toutes ses petites compagnes, la nuit, surtout quand on a peur du noir, comme moi ...

" Tu dois avoir faim" dit soudain la dame. Elle me conduisit dans la cuisine où une bouilloire toute brillante chantait sur la cuisinière. Elle ouvrit un joli placard et en sortit une énorme tablette de chocolat. Je me souviens, comme si c'était hier, c'était du chocolat fourré à la crème blanche. Puis elle me coupa une énorme tranche de pain et me servit un grand bol de chocolat. Ca sentait bon dans toute la pièce, il me sembla y déceler aussi des odeurs de peinture fraîche. Je jetai un regard circulaire autour de moi pour vérifier. "Tu vois" me dit la dame, "nous avons repeint la maison spécialement pour toi. Est-ce que ça te plaît ? ""c'est très joli" répondis-je timidement.

"Tiens, bois" me dit la dame en me tendant le chocolat chaud. "Merci Madame" répondis-je  poliment.

"Ne m'appelle plus Madame" me dit la dame en me serrant très fort dans ses bras. Désormais, et à partir d'aujourd'hui, tu pourras m'appeler "maman".

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :