Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Monsieur le coquelicot,

Sa longue tige coiffée de rouge,

L’ami des herbes folles,

Eut un jour l’envie un peu folle

D’aller saluer cette fameuse idole :

Une certaine rose

Qui selon la rumeur

Etait la reine de fleurs

Si douce et si parfumée

Une vraie beauté !

Il se présenta humblement

Lui fit une profonde révérence

Vanta ses charmes, son élégance,

Mais l’accueil fut plutôt décevant.

La belle interloquée

Toisa le freluquet :

« De quel droit piétines-tu mon territoire ?

Tu viens troubler ma tour d’ivoire !

Ici tu n’as pas ta place

Tu n’as aucune classe

Tu fréquentes les mauvaises personnes

Tu es un vaurien

Un moins que rien

Un vulgaire « quelques pétales »

Perché sur ton espèce de tige

Qui n’en finit pas ! ».

Le coquelicot n’en revenait pas,

Humilié de toutes ces injures !

La belle gonflait sa couronne

Dressait ses épines,

Elle voulait qu’il s’en aille,

Lui lança la plus dure des injures :

« Tu n’es qu’une racaille !

Retourne dans ta rocaille

Roucouler avec tes ouailles ! ».

Cette dernière insulte

Était vraiment de trop

Pour ce pauvre coquelicot.

Devant tant de hargne

Il s’en alla rejoindre ses compagnes

Ces soi-disant « mauvaises »…

Cette belle princesse

Était une vraie diablesse.

Elle était peut-être la reine des cœurs

Mais surement pas celle du cœur !

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :