Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je me rappelle le soir du onze mars !  L'annonce de la nouvelle m'a laissée sans voix.

Toujours cette  hyper sensibilité incontrôlable  qui se manifeste si  différemment : bouleversements  et réponse immédiate quand il ne s'agit pas des miens , décalage et dans un premier temps retenue, quand ma tribu se trouve  en cause, après,  vient le déluge  !

Là encore, l'émotion m'envahit  mais reste  comme censurée,  plus encore que 'habitude, mille fois plus ! Impossible de lui  ouvrir les vannes, de m'y réfugier, même après coup !   Je me sens incapable de faire corps et cœur avec cette nouvelle,  mais juste en ce qui me concerne ! Bizarrement, je n'éprouve aucun  problème  pour l'accueillir avec bonheur, chaleur et l'inscrire  dans leur réalité à eux,  mais   dans la mienne,  elle reste  irréelle, du domaine de la science fiction.  Je n'arrive pas  à ajouter cet évènement  à ma propre existence.  Je vis dans un  temps suspendu.

 Je subis cette étrange et déstabilisante  absence de matérialité me heurtant au  sentiment d'être encore une fois hors normes  ou pas prête devant ce qui devrait être  évidence, certitude !  La joie, le bonheur, l'inquiétude se révèlent  bien  présents mais comme  dans en rêve.  Je suis entourée, mois après mois d'une bulle  d'attente, comme une protection, une armure, un cocon, je demeure  chenille attendant de devenir papillon, je me recroqueville  à l'abri de ma chrysalide !

Et puis arrive  le coup de téléphone tant espéré !   Toujours dans un état second je cours vers toi. Et là, mes bras t'entourant, ton regard magnifique  plongé dans le mien, c'est l'électrochoc, la délivrance,  c'est toi, mon petit bout de chou,  toi seul, qui  me fait enfin naître à mon nouveau statut !  Et les larmes de joie n'en finissent pas  de bercer mon cœur ! Pour la première fois je suis grand-mère !

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :