Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  Je me rappelle le soir du 11, sonnant! Insidieusement--- Pendant que ma fille Sabrina décrochait les guirlandes lumineuses des murs du salon, faisant disparaitre la féérie de noel. Owen et moi en profitions pour raconter des histoires. Mais pas n'importe quelle histoire. Des histoires, horribles!

   Installés sur le canapé l'un en face de l'autre, assis en tailleur.

Moi, les coudes sur les genoux mon visage posé sur les mains, je l'écoutais attentivement, haussant les sourcils et hochant la tête, appréciant notre joie du moment.

   Adorable et turbulent petit garçon de quatre ans et demi. Aussi menu que sa maman et robuste pour batailler les fantômes de son imaginations. Ecarquillant ses beaux yeux bleus à chaque intonation de son récit.

  - " Une citrouille qui marche! Une sorcière qui fait rien. Des zombis qui se déchainent! L'araignée elle pique. Vampire, il mord! "

  Il levait les bras, tendait des mains semblant crochues et m'agrippait, monstrueusement! Entremêlés, je le renversais sur le dos en le chatouillant alors jaillissait une cascade de rire.

   Soudain, Owen poussa un cri. Mais pas n'importe quel cri. Un cri effrayant!

   Au début de mon texte j'ai commencé par écrire : Je me rappelle le soir du 11, " sonnant! " insidieusement--- Etrangement, l'horloge résonnait alors que mon petit fils tendait le bras pointant son doigt vers moi.

   Il se passait un truc bizarre derrière moi. Lentement je me retournais et, un spectacle cauchemardesque, épouvantable, hallucinant! Pour un enfant de quatre ans et demi, bien sur. Moi je trouvais la scène plutôt, burlesque.

   " Une affreuse sorcière tout de noir vêtue, chevauchait un balai suspendu, qu'un vampire aux grandes dents essayait d'attraper fort maladroitement.

Trois zombis très pâles aux habits poussiéreux et déchirés, se déchainaient sur une citrouille, qui pour se défendre lançait des coups de pieds les éclaboussant de ketchup.

Une énorme araignée velue lapait de plaisir ce liquide vermeil et sucré. "

   Mon petit bonhomme se blottit dans mes bras. Avait-il vraiment peur? Je déposais un doux baiser sur sa brune chevelure et lui murmurais.

- " On appelle qui pour nous sauver?

- Scoubidou! vite! Daphné! "

   Ha! cette jolie Daphné dont il était amoureux et le ---peureux scoubidou.

   A peine avait-il lancé son s o s, qu'une nouvelle fois l'horloge résonna et les deux personnages du dessin animé apparurent dans notre salon.

L'étonnement passé, la jeune fille armée d'une guirlande scintillante s'élança courageusement dans " l'histoire horrible " frappant par ci par là. Chaque fois quelle touchait sa cible, une poussière d'étoiles consumait : l'affreuse sorcière grimaçante, le vampire sanglant (de ketchup), les zombis aux yeux vides, la citrouille véreuse et l'araignée aux crochets disproportionnés.

   A la fin de cette folle course il ne restait plus que la rousse Daphné et Scoubidou sur ses talons, toujours derrière le chien chien.

   Pour la troisième fois l'horloge résonna, dissipant dans un épais nuage blanc les deux vaillants personnages.

Bien sur, miss Daphné avait eu le temps d'adresser un éclatant sourire à Owen, en lui envoyant un bisou soufflé du bout de ses longs  doigts manucurés.

   Ma fille affairé à son rangement n'avait rien entendu et rien vu.

Un conseil, méfiez-vous des histoires qui commence par: Je me rappelle le soir du 11, " sonnant! " insidieusement---car il y a " toujours "

une première fois aux phénomènes inexpliqués!                

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :