Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il me semble que c’était sa première fois. En tout cas ce fut la mienne. Ce fut aussi ma dernière.

Il m’aimait. Alors bien sur, je n’ai d’abord pas compris quand je l’ai vu pleurer. Il était mon amour et j’étais le sien, alors pourquoi pleurer ?

Bien entendu, il faisait ce qu’il avait à faire et je comprenais cela parfaitement bien.

Je m’en voulais tant de ne pouvoir sécher ses larmes. Serais-je un jour la femme qu’il méritait d’avoir, celle qui saurait l’entendre, le comprendre, celle qui préviendrait ses détresses ?

Mon tendre amour je suis à toi, toute à toi, possède moi, demain sera meilleur, mais pour ce soir mon amour, je comprends tout.

Il pleurait encore, il pleurait tant. J’ai fermé les yeux, ses larmes me blessaient. Plus il pleurait, plus je souffrais, plus je saignais. J’ai cessé de voir, mes yeux ne sont plus ouverts.

Plus tard, dans l’ambulance qui m’emmenait, j’ai tenté de leur dire, à tous ces gens en blanc, que c’était la première fois qu’il me battait mais qu’il n’y était pour rien, qu’il était atrocement, éperdument malheureux et qu’il fallait le comprendre. Je n’ai pas pu le leur dire, j’entendais juste de drôles de bruits dans ma mâchoire et un drôle de goût métallique me gênait. L’envie pourtant de hurler ma douleur était insoutenable. Pas la douleur de ma chair, mais la douleur de mon être cher ; la douleur de l’avoir entendu partir, menotté, entre deux policiers, de n’avoir pu rien faire pour les empêcher, pour leur expliquer qu’il ne méritait pas ce traitement. Je pensais qu’il fallait vite que je récupère pour le sortir de ce guêpier.

Je suis morte dans l’ambulance avant d’arriver aux urgences. Je crois avoir entendu que c’était d’une hémorragie interne massive. Il m’avait battue, pour la première et la dernière fois.

Ce ne sont pas ses coups qui m’ont tuée.

C’est la culpabilité de l’avoir abandonné à ce moment là sans avoir pu leur expliquer à tous que tout était de ma faute et qu’il n’y était pour rien. Je l’avais bien mérité, il faut savoir reconnaître ses erreurs.

Pardonne-moi mon amour, je t’en prie, pardonne-moi…

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :