Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

" La première fois où je l'ai vue, avec sa jolie jupe plissée et son petit chemisier blanc, je l'ai trouvée très séduisante. A la place où je suis installé, j'admire ses longues jambes bien moulées dans ses collants fantaisie, elle a de jolis escarpins noirs brillants toujours bien cirés, ce n'est pas comme moi, avec mes baskets souvent couverts de boue. Quand elle se déplace, elle fait un peu voler sa jupe autour d'elle et je trouve que sa démarche est aussi souple que celle d'un félin. Parfois, elle vient avec un pantalon noir et un joli col roulé rouge et blanc, je trouve ça très chouette. Tout lui va bien, d'ailleurs.

Et sa voix, si mélodieuse, j'aime l'entendre quand elle nous fait ses démonstrations  au tableau ou lorsqu'elle nous lit un poème. A part celle de maman peut-être, je n'ai jamais entendu une voix aussi merveilleuse. Ah ! son dernier poème : " les enfants sont des fleurs /semées sur les ailleurs/de nos rêves imparfaits" C'est elle qui a écrit ce poème, elle nous l'a dit l'autre jour, la poésie, c'est son "violon d'Ingres". Ah ! comme j'aimerais plus tard écrire comme elle. Quand je serai grand , je n'écrirai QUE des poèmes d'amour, je trouve que ce sont les plus jolis, et j'en écrirai tout un tas rien que pour elle...

J'aime aussi ses jolis cheveux noirs bouclés qui retombent sur son cou et son beau sourire. Parfois, elle met un katogan pour les retenir et c'est encore plus beau... Ses lunettes aussi lui vont bien, ça cache un peu ses jolis yeux bleus et lui donne peut-être l'air un peu sévère, mais c'est normal, c'est  la maîtresse.

Quand je serai grand, j'aimerais rencontrer une fille comme elle, aussi belle et à la voix aussi douce, et qui s'habille aussi bien, avec de petits chemisiers blancs et des jupes à carreaux. Toutes les filles devraient d'habiller comme elle.

Si j'osais, je lui demanderais le nom de son parfum, ça sent si bon quand elle passe dans les allées ou quand elle m'envoie sur l'estrade. Vivement que j'y retourne, je n'ai plus peur d'être interrogé maintenant, mon plaisir, c'est quand elle prononce mon nom "Damien, s'il te plaît, au tableau" de sa voix si douce et si caressante. " Damien, si'il te plaît..." Moi, je me lève d'un bond et je cours dans l'allée jusqu'à elle. Quand je suis tout près d'elle, je respire un grand coup et bloque ma respiration pour m'imprégner de son odeur. Le pied, quoi ! " 

A la fin de l'heure, la maîtresse ramasse les copies. Certains n'ont pas eu le temps de terminer et retiennent encore un peu la feuille qu'elle voudrait leur arracher des mains , d'autres relisent rapidement en attendant son passage . Damien, quant à lui , reste songeur, il se demande s'il a bien fait d'écrire ça sur le sujet proposé. Il réalise subitement qu'il s'est trop épanché et qu'il sera la risée de toute la classe lundi, si d'aventure il prend l'idée à la maîtresse  de lire sa copie à haute voix.
 

Lorsque Madame Marin arrive à sa hauteur, il pique un énorme fard et,   au lieu de lui tendre la feuille demandée , voilà qu'il l'attrape dans ses mains et se met à la chiffonner et la froisser énergiquement pour n'en faire plus qu'une énorme boulette, qu'il expédie d'un geste précis dans la poubelle.

Il a honte tout à coup.

Pour la première fois de sa scolarité, Damien aura un zéro, sans doute, mais que ne ferait-on pas par amour ?

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :