Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce matin, en ouvrant mes volets, j'ai eu une surprise. Dans le grand pré qui jouxte ma maison, semé d'une herbe verte, fraîche et appétissante à souhait, j'ai aperçu à deux pas de ma fenêtre un beau troupeau de moutons qui paissait paisiblement. A ma vue, les plus petits se sont même approchés, curieux, en poussant de petits bêlements de joie, enfin, je crois, je n'ai pas étudié à fond la psychlogie des agneaux, mais je crois qu'ils étaient heureux  de me voir. Je décidai d'aller leur faire un petit bonjour dès que je me serais habillée et aurais fait un brin de toilette.

Cette journée s'annonçait superbe, les brumes s'étaient à présent dissipées et l'on distinguait bien le petit ruisseau qui coule au milieu du champ, en contrebas. La mairie a dernièrement rénové la passerelle et construit un joli petit pont qui aide les piétons et les deux roues à franchir cet obstacle. Me voilà auprès de mes nouveaux petits amis. L'un deux se dirige vers moi, les autres suivent, c'est bien connu, un mouton, cent moutons, sinon aucun... Mais voilà que j'aperçois, assise dans l'herbe à deux pas de ses moutons, qui mâchouille un brin d'herbe, une jolie jeune fille qui ne bouge pas à ma venue. Elle se contente de me regarder de ses jolis yeux noirs...

Au bout d'un moment, bravant sans doute sa timidité, la jeune fille se lève et vient vers moi. Je peux la détailler tout à ma guise. Elle a la taille élancée et fine, le mollet très ferme, les mains un peu rougeaudes, signe sans doute de longues stations dans le froid. Je remarque aussi ses beaux cheveux noirs, mi-longs et coupés dans un  carré parfait :

- Bonjour mademoiselle, à qui ai-je l'honneur ?

- Je suis votre nouvelle voisine, enfin, ma famille vient de s'installer là-bas, au bout du lotissement dans une maison neuve... celle avec des volets bleus, vous voyez ?

- Enchantée de vous connaître, moi, c'est Cloclo, et vous ?

- Moi c'est Jehanne, enfin Jeanne, ça va plus vite à prononcer...

- Et auparavant, vous habitiez ...

- Nous étions installés dans un petit village vosgien, du nom de Domrémy

- Ah oui, je ne connais pas, bien que vosgienne moi-même, en fait, ça ne fait pas très loin d'ici, quand on y songe

- Non, environ 100 km, mais le cadre était plus champêtre et plus sauvage là-bas...

- C'est vrai, ici, on est aussi à la campagne, mais les maisons poussent comme des champignons et bientôt, nous ne serons plus, hélas, que la grande banlieue de Nancy. Vous ne regrettez pas trop votre village ?

-Non, pas trop, il faut bien s'adapter, heureusement que nous avons trouvé ce pré pour y mettre nos moutons...

- Oui, c'est une aubaine, moi qui me lamentais depuis quelques années de ne plus voir de troupeaux dans les parages. Avant, j'avais la visite des vaches, ça leur arrivait même parfois de franchir la clotûre et de venir brouter mes légumes, maintenant, j'aurai vos moutons...

- J'entends des voix, ça doit être ma mère et mes soeurs qui m'appellent pour la soupe, au plaisir de vous rencontrer à nouveau, chère Cloclo...

- Tout le plaisir est pour moi, chère Jehanne... Et venez prendre un thé à l'occasion, vous verrez, c'est très convivial, chez moi, et si vous avez un peu froid, j'allumerai au besoin une petite flambée, c'est tout de suite mieux pour  l'ambiance ...

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :