Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Que se passe-t-il ici ? Je ne vois rien...

Tout le monde me presse, me pousse ! oh, tous ces gens... attention, ne m'écrasez pas, je suis de petite taille, moi !

Bon, éloignons-nous un peu, et attendons que la foule se disperse...

Là, c'est parfait ! Je suis en sécurité. Personne ne me remarquera dans cet arbre, et en plus je profite de son ombre bienfaisante...

Ah, enfin je le vois !

Quoi ? Ce n'est que "ça" ?.... un petit homme barbu, si quelconque, à peine plus grand que moi, qui attire la foule ??

Voyons, que dit-il...

En plus, il zozotte ?

Hé bien, je suis bien surpris.... tout ça pour ça !

- Hé ! toi, là-haut, sur ce figuier !

- heu, heu... moi ? c'est à moi que tu t'adresses ?

Eclats de rire dans la foule.

 - Oui, toi, perché dans ton arbre ! veux-tu bien m'inviter à ta table ce soir ?

- Chez moi ? Moi ?... mais, heu...

Les rires cessent.

- Mais, mais....mais bien sûr, pourquoi pas ? c'est un grand honneur !

oui, je t'attends chez moi, j'y cours ! je vais préparer le repas ! Tu es le bienvenu chez moi, bien sûr !

Que m'arrive-t-il ?  mes joues ont pris feu dès qu'il m'a parlé ! et pourquoi m'a-t-il interpellé ainsi - moi ? Moi qui justement m'étais mis en retrait.... moi dont tout le monde se moque, moi qu'on déteste et jalouse pour mon argent... Mais lui, il m'a vu ! oh, mon coeur bat si fort ! pourtant je ne peux pas m'empêcher de courir, courir de joie !
c'est sûr, je vais m'évanouir avant d'arriver à la maison....
 

- Vite ! écoutez-moi, tous ! vite, qu'on tue le veau gras ! tous, tous, venez, approchez, un festin, un festin grandiose, plus vite ! tous, tous ! à moi, à moi... un peu d'eau, je n'en puis plus...

- que t'arrive-t-il, mon ami ?
 

- O ma femme, mets ta main, là, sur mon coeur ! tu entends comme il bat ? tu l'entends ? écoute, voilà : j'ai fait une rencontre...incroyable !

- quoi ? qui ? raconte !

- mais je... c'est vrai, je ne sais pas  ! tout ce que je sais c'est que, dès que cet homme m'a vu, il s'est invité chez nous ! - dès qu'il m'a vu, tu entends ?? - il vient ce soir pour "me" parler ! il.... il
m'a VU !!!!

- mon mari est devenu fou !?
 

- Oui, fou, fou ! ah, dans mes bras, ma chère, dans mes bras ! Et vous tous, riez, chantez, je suis si heureux ! attendez de le voir, attendez ce soir !

 
- hé bien... soit, alors ! qu'on prépare le festin ! nous verrons bien à quoi ressemble ta "rencontre extraordinaire" ! allez, au travail, tous !!

- Bonsoir, je suis heureux de venir m'assoir à ta table. Félicitations, tu as une bien jolie maison !

- merci ! bienvenu à toi ! là, prends place près de moi ! vite, les enfants, poussez-vous, laissez mon invité respirer !

- les enfants ne me gênent pas, au contraire. Toi, petite, viens là, sur mes genoux ! comme tu es jolie...

- ben, pas toi, t'es pas joli ! elle est trop vilaine, ta barbe ! hi hi hi...

- ma fille, veux-tu te taire ! petite peste que tu es !

- laisse-la, elle est si drôle... hé ! mais tu me fais mal !! ne tire pas ainsi sur ma barbe, coquine... 

- chasse-la ! tu es bien trop bon ! Mais taisons-nous un peu ! Parle ! vas-y, parle, nous t'écoutons ! 

- parler, moi ? mais j'ai parlé toute la journée, je suis fatigué.... Je suis venu chez toi pour rire et boire avec les gens de ta maison ! 

- Ah !! mais ne serais-tu pas Jésus ? celui dont tout le monde parle ? ! ah ah ah ! il n'y a que mon mari pour ne t'avoir reconnu ! 

- Jésus ? tu t'appelles Jésus ? comme mon oncle Jésus ? hi hi hi ! 

- tais-toi ma fille ! Oh ! alors, c'est toi, Jésus ? c'est bien toi ?

"Le" Jésus ! mais, mais....

Rires sonores dans toute la maison.
 

- Si ! raconte-nous quelque chose ! moi, j'aime bien quand tu parles ! parce que tu as un petit poil de ta barbe qui a poussé sur ta langue, là, juste là... hi hi hi...!!
 
- aïe !! oh toi, si tu continues, je vais te mordre le doigt ! d'ailleurs, je commence à avoir une de ces faims... 

- oh pardon, mon ami ! où avais-je la tête ? Qu'on nous serve, vite ! mon convive - enfin, je veux dire : Jésus - a faim ! régale-toi, et après, nous t'écouterons ! tu as tellement à nous apprendre !!
 
- Tu m'entends, Jésus ? tu m'entends ?

- je crois qu'il s'est endormi, ton génial ami... il dort vraiment profondément ! 

- il vaut mieux ne pas le réveiller.... c'est vrai qu'il a eu une rude journée... 

- il semble si calme... si tranquille... de plus, il faut bien avouer qu'il n'a pas lésiné sur le vin ! 

- apportez des couvertures, enlevez-lui doucement ses sandales, mon invité dormira ici cette nuit ! Venez, tous, retirons-nous en silence...

- Tu es déçu, mon ami, n'est-ce pas ? 

- oh non, ma femme.... que vas-tu chercher là ? au contraire, c'est un si grand honneur ! 

- oui, mais je vois bien que tu es déçu.... tu te sens perdu ; tu t'attendais à autre chose... à un miracle, j'ai l'impression... 

- tu es folle, toi aussi ! 

- pardonne-moi... écoute, n'en parlons plus. Une bonne nuit de sommeil là-dessus, nous y verrons plus clair demain matin....Bonsoir, mon ami !

- bonne nuit, ma chère.

- J'ai merveilleusement bien dormi.... ah, tu es là, ma puce, déjà debout ?

- coucou, Jésus ! je t'ai apporté ma poupée... elle voudrait un bisou.

- avec grand plaisir ! comme elle te ressemble cette poupée...et sur cette bonnne joue que tu as là, je peux aussi déposer un baiser ?

- ah non, sûrement pas !! ta barbe est trop piquante ! mais ma poupée, elle, elle ne sent rien, hi hi hi !!

- tu es vraiment très maligne, très intelligente ! alors, pour la peine, je vais lui en faire encore plein d'autres, des bisous à ta poupée.

- Hum !...je te souhaite le bonjour !

- ah, mon cher ami, te voilà ! dans mes bras !! j'avais hâte de te serrer contre moi pour te remercier de ton hospitalité. Pardonne-moi de m'être endormi hier soir, ce n'était pas très élégant de ma part... mais sache que j'ai passé un moment extraordinaire en votre compagnie !! Je te demande maintenant la permission de prendre congé.

- ah....?

- puis-je récupérer mes sandales ?

- mais oui... oui, bien sûr....

- tu reviendras nous voir, hein, dis, "barbe moche" ?

- je te le promets, ma petite.

Entre tristesse et joie, je regarde mon nouvel ami s'éloigner. Une grosse larme roule sur ma joue. Comme une très ancienne larme d'enfant...

Il part pour Jérusalem, m'a t-il dit. C'est bientôt la Pâques.... et quelque chose me dit que c'est la dernière fois que je le vois.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :