Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une petite fille, dans un champ, est couchée

Et dans ses cheveux blonds dorés

L’or et le sang sont mêlés.

Ses grands yeux bleus, levés au ciel,

Semblent contempler les nuages

Qui tout là haut s’amoncellent

Signes annonciateurs de l’orage.

 

Tout doucement, je m’approche de l’enfant inerte.

Et je regarde, sens en alerte,

Son petit corps, dans l’herbe verte.

Son visage reste immobile,

Comme immobile est sa poitrine.

Elle ne bouge pas même un cil.

Je vois au loin sa ballerine.

 

Soudain, le tonnerre gronde, et je remarque

Sur ses membres, de sombres marques

Puis, sur sa robe d’organdi,

Qu’un coquelicot a fleuri.

Ce n’était qu’une pauvre enfant,

Venue cueillir quelques pavots,

Pour faire plaisir à sa maman,

Mais qui tomba sur un salaud.

 

Sur mes joues, aux larmes de fiel

Se mêle la pluie qui ruisselle.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :