Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce soir je suis invité à la fête d’anniversaire d’une amie pour ses 17 ans. Je suis content qu’elle ait pensé à moi et pourtant je ne peux m’empêcher d’être triste. Je vais devoir, encore, porter ce masque invisible sur mon vrai moi.

Il a beau être invisible pour tous, il est pourtant si lourd pour moi. Il me gâche la vie et m’empêche de m’épanouir, comme si je portais un corset qui aurait été trop serré.

J’ai toujours été celui qui faisait rire les autres et m’emploie souvent à participer aux bonnes rigolades en tous genres. Je suis un peu le bon copain, le petit drôle du lycée. J’aime ça au fond, parce qu’il est vrai que j’aime rigoler et être au centre des compliments. Mais malheureusement j’ai l’impression de n’avoir aucun véritable ami puisque je ne me livre totalement à aucun d’entre eux.

Maëlle, cette copine qui fête ses 17 ans, m’a l’air pourtant ouverte d’esprit. Je l’ai souvent entendu soutenir les grandes causes, les « minorités » comme on les appelle. Mais il est facile d’être la défenseuse des droits de l’Homme quand les problèmes sont loin et ne nous concernent pas vraiment. Qu’en serait-il si je lui avouais tout, si mon masque tombait enfin ? Ferait-elle partie de ces gens qui me regarderaient avec un air de surprise mélangé à de la pitié, tout en m’apostrophant d’un « Tu es un homme…oh ! » comme disait Charles Aznavour dans l’une de ses sublimes chansons…

Non je ne lui dirai pas, en tous cas pas ce soir. Je continuerai à feindre la joie, à prouver au monde que je suis un tombeur de femmes invétéré, à faire l’amour à ces filles ignorantes, à prouver que je suis ce que je ne suis pas pour rentrer dans les cases et finalement passer inaperçu. Je danserai jusqu’au bout de la nuit, m’enivrerais d’alcool bon marché pour oublier que celui qui m’intéresse ne s’appelle ni Lola ni Julia mais bel et bien Thomas.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :