Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L’été du bord de mer

Étale avec passion l’écume

Comme coups de spatule

En traits blanchâtres

Morceaux de bouteille vétustes

Translucides répliques

De l’ardeur d’un cœur robuste

En sons aquatiques

Verdâtres moutons

D’océans trompeurs...

 

En mers mortes

Que vous baignez de vos eaux

Parfois turquoise ou cristalline

Sur d’antiques statues d’albâtre

Vous répandez vos ors

Comme chant du cor

Aux ardentes couleurs

De vos couchers solaires...

 

Le long de vos côtes

J’aurai touché

Aux taches colorées

De vos toquades amusées

Serpentins multicolores

Odorants des bosquets fleuris

De vos robes princières

Vous étonnez encore

Mon regard ébahi

De tant de beauté...

 

En pieds d’été

Je me serai exilé

Vers d’autres lieux

Aux riches couleurs

Plus que précieuses

Vers d’autres ailleurs

Aux iris majestueux

Teintés d’une aura luminescente

Vers de splendides sphères

Aux dômes translucides...

 

Rival rivage

Toi qui fus de sable sage

D’étoiles de mer troublées

Au ciel embué des cœurs

Qui pleure

De nuages sans âge

En quête de jeunesse

De celle que rien

Ne vint troubler

Ni même oublier

Avant que ne naisse

La folle passion

Rouge feu rouge sang

D’émoi de rage...

 

Et toi c’est certain

Tu reviendras sans façon

À ta manière burlesque

Un jour ou l’autre

Abreuver mon cœur esseulé

De l’âpre goût d’amertume

De ces trop longues soirées

En ivresse prolongée

Sous la nuitée lunaire

En quête de l’éphémère bonheur...

 

Et lorsque l’ombre apeurée

Aura aménagé son nid

Du creux de nos draps

Au toit étoilé du monde

En passant sans d’arrêter

Sous le marteau aguerri

De l’horrible enclume

Je saurai vraiment

Qu’il y avait trop longtemps

Qu’il y fut pris trop de temps

À rêver au vrai bonheur.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :