Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Proposition 193 – Au bal masqué

C’est de la bouche que sortent les sons, la parole, le verbe. Elle permet de souffler, de s’alimenter, de se désaltérer, de parler, de chanter, de rire, de crier, de hurler, de goûter. A la naissance, elle reçoit le premier souffle, le souffle de vie. A la mort, elle expulse le dernier souffle.

Alors forcément, le masque sur la bouche, c’est tout un symbole : De façon générale, associé à la fête, à une fonction rituelle ou funéraire, le masque est destiné à dissimuler, représenter ou imiter un visage. Il fait souvent partie d'un costume. Il a servi dans différentes cultures à adorer les dieux, à guérir, à initier, à sauvegarder l’autorité et les coutumes, mais aussi à échapper à cette autorité.

Ainsi à travers notre histoire, le masque a trouvé différentes utilisations (masques funéraires, masques des danses religieuses, masques de guerre, masques de spectacle, et de nos jours, porté sur la bouche, il prend une dimension sanitaire).

Vous l’aurez compris, le thème de cette proposition est le masque. Placé entre soi et le monde, le masque a une nature double, puisqu’il est tourné vers l’intérieur et l’extérieur en même temps. Il déguise, cache, recouvre, protège, ment, libère, illusionne, transforme, effraye, déconcerte, révèle…

Alors faites tomber le masque…

 

Proposition 194 – Les gens

« Y a des gens de la haute

Et y a des gens d'en bas

Y a des gentils, des gendarmes

Des junkies et des scarlas

Des gens qui pleurent, des gens qui rient

Des Teddy Riner et des Carla Bruni

Y a des Jean Valjean

Qui mangent leur peine

Oui des vraies gens qui font de la peine

Des gens qui s'aiment et qui s'assemblent

Des gens différents qui nous ressemblent »

Extrait de la chanson « Les gens » de Christophe Maé

« Les gens, il faut les regarder, il faut tenter, non pas forcément de les aimer, mais de les connaître et les comprendre. Ce qui se passe dans leurs yeux, ce qui s’inscrit sur leurs visages permet de saisir à quel point ils nous ressemblent ou de deviner à quel point ils sont différents. Et comment on peut essayer de discerner l’élément inconnu qui a donné ce regard, ce visage, ces rides, ce sourire ».– Philippe Labro, Le flûtiste invisible

Parlez-nous d’eux, de tous ces gens.

 

Bonne écriture !

Nanou

Tag(s) : #Propositions antérieures
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :