Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jérôme n’aurait jamais imaginé en arriver là, son ascension fut fulgurante, depuis qu’il avait découvert la faille dans le système informatique bancaire, il avait engrangé des sommes astronomiques sans que personne n’y vît goutte.

Jour après jour, nuit après nuit, il surveillait avidement le cours de la bourse, la vitesse ascensionnelle de son solde bancaire le remplissait d’allégresse.

Mais, l’argent contamine tôt ou tard tout ce qu’il touche, il s’était juré de rester prudent, discret et de ne pas étaler sa réussite mais n’avait pu résister longtemps à la tentation, voir son compte en banque grossir aussi vite lui avait donné le vertige.

L’argent lui brûlait les doigts, il avait lâché son travail et se mit à mener grand train, ses nouveaux amis en étaient émerveillés et profitaient grassement de ses largesses sans se poser de questions.

Les filles papillonnaient autour de lui, ils multipliaient les connaissances de tous acabits, c’est si facile de dépenser l’argent qui ne t’appartient pas, avec son air de jeune premier, enthousiaste et généreux, toutes sortes de faune gravitaient autour de lui, y compris les peux recommandable.

Il avait l’impression que la source était intarissable, qu’avec l’argent on pouvait tout acheter, même le silence, ce qui aurait pu être le cas, jusqu’au jour ou…

Parmi ses nouveaux amis, il en était un, fort sympathique à la cause, qui posait beaucoup de questions, beaucoup trop de questions, mais l’amour est aveugle et Jérôme ne s’était rendu compte de rien, il dispensait ses conseils avec générosité, sans arrière-pensée.

Il se croyait invulnérable, à l’abri de tout et de tous.

Mais quand on joue dans les plates-bandes de certains secteurs d’affaires plus ou moins louches, cela réveille la convoitise ou les soupçons.

Maintenant il devait en payer le prix, ils lui avaient laissé le choix, soit il allait croupir en prison et avec sa petite gueule d’ange il ne tarderait pas à tomber entre de mauvaises mains, soit il renonçait à tous ses avoirs et devait disparaître du décor, il avait choisi la deuxième option mais était loin de s’imaginer ce que voulait dire “disparaître du décor”.

Il lui avait proposé de partir en avion, lui qui adorait les voyages avait tout de suite accepté, maintenant il était assis sur le bord de la porte à dix mille pieds d’altitude au-dessus du désert de Californie, ils avaient tous un parachute, sauf lui…mais un révolver était pointé dans son dos…

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :