Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je déambule dans la maison silencieuse. Elle est si hantée de fantômes que j’en peine à respirer. Tant d’émotions me serrent la gorge.

Comment ne pas m’attendrir en redécouvrant ces lieux si liés à mon enfance, la maison de mes grands-parents ?

Je monte l’escalier en bois qui craque à chacun de mes pas... La chambre de mon grand-père est devant moi. J’avance. Le grand lit est là. Il a eu son attaque dans ce lit. Dans la nuit du 31 au 1er janvier. Refusant de vivre plus longtemps, refusant de vivre une année de plus.

La photo est là, sur ma droite. Toujours accrochée au mur. On l’y voit lui, ses grandes oreilles dont sortaient des poils, ce qui m’effrayait quand j’étais petite. Son béret. Sa cote bleue d’ouvrier, de paysan, qu’il a été jusqu’au bout. Un sourire erre sur ses lèvres. Ma grand-mère est là, un peu plus loin sur le banc blanc en fer du jardin, collée à son fils. Souriants.

Et d’un coup cela me revient. A 13 ans, sept mois après sa mort au cœur d’un été brûlant, je suis montée dans cette chambre, le cœur triste et j’ai regardé cette photo. Je pensais à lui, à sa fille disparue, à ce que nous avions perdu et que nous ne retrouverons jamais…

Ma joue a senti un froid intense… mon cœur, un amour immense…

Mais je n’avais que 13 ans, alors… effrayée j’ai dévalé l’escalier, me suis précipitée sur mon vélo et ait pédalé droit devant moi à travers la campagne jusqu’à la Loire. Ce n’est que là que je me suis arrêtée. Je me suis assise sur la grève. Et je l’ai vu. Vraiment vu pour la première fois...

La Loire...

Dans toute sa beauté. Ses rivages… les arbres se reflétant dans l’eau… les nuages… le ciel… Et cette sensation d’être enfin ! chez moi…

Le regard du Pa’ me sourit doucement.

Oui papy si ce jour-là je ne t’avais pas « senti » aurai-je su voir le plus beau cadeau de ma vie.

Au Pa’, avec tout mon amour

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :