Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Une onde,

 

Un frémissement.

 

A peine perceptible d’abord,

 

Mais si singulier,

 

Qu’on ne peut l’oublier.

 

Minuscules battements,

 

Le temps d’un instant.

 

Puis, plus rien.

 

Et, de nouveau plus tard,

 

Quand je ne m’y attends pas,

 

Les revoilà plus insistants.

 

Ils durent aussi plus longtemps.

 

Le soir, lovée dans le canapé,

 

Ils refont surface.

 

Ça tapote, ça ricoche,

 

Au creux de mon ventre se dessine une bosse.

 

De petits à-coups,

 

Et puis plus rien, d’un coup.

 

Au fil du temps, je te ressens.

 

Tel un oisillon qui fait son nid,

 

Tu entrevois la vie.

 

Toc-toc.

 

Tu t’agites,

 

Tu remues,

 

Tu hoquettes,

 

Drôles de vaguelettes.

 

Te voilà déjà rendormi,

 

De nouveau, bel arrondi.

 

Silence. Impatience.

 

Je te guette

 

J’ai hâte que tu te manifestes.

 

Pfffff, c’est long !

 

Calme plat dans mon bidon.

 

Finalement, un nouvel élan.

 

C’est mouvant au-dedans !

 

Enfin tu t’égosilles, tu te crispes,

 

Frémis, rougis.

 

Mais une fois dans mes bras,

 

Ça ne dure pas.

 

Puis, posé sur mon ventre,

 

Tes petits bras s’agrippent.

 

Oh hisse !

 

Tu renifles,

 

Tu te heurtes à mon sein,

 

Tu effleures mon mamelon.

 

Tu t’excites,

 

Ta tête dodeline.

 

Tu vacilles.

 

Une tentative,

 

Puis deux.

 

C’est mieux !

 

Je t’aide un peu

 

Tu te redresses,

 

Ça y est, tu têtes !

 

Plus tard en grandissant,

 

Je devine tes mouvements.

 

Balbutiants,

 

Hésitants,

 

Émouvants.

 

Spontanés,

 

Peut-être même innés.

 

Tu es mon roi

 

Et tes gestes sont mes triomphes."

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :