Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Où es-tu, là dans cette minute, où étais tu ce deux novembre ?

Les feuilles avaient elles le même goût jaune et craquant ; te laissais tu glisser dedans et jouais tu à Gaston Lagaffe? Je n'ose plus trop et ne sais pourquoi. La peur du regard ou la peur de moins ressentir : je dis simplement que je n'ai plus l'âge, que je risque de me faire mal.

Toi cela ne t'a jamais effleuré ce décalage, tu pouvais t'assoir par terre à attendre ton BlaBlaCar, rire aux éclats dans une conférence, entrer en contact avec quiconque t'intriguait. Tu pensais ne pas avoir d’âge, 50 ce n'est pas 60 ans.... Tes amies te le disaient tellement et tu souriais, pour ne pas confronter. Aujourd'hui je confronte plus tranquillement et souris beaucoup moins.

Est-ce cela que l'on appelle la maturité ? 

Je pense à tes trous d'êtres comme un tourbillon où tu tombais où tu tombais le soir, au pansement alcool, à ton corps blotti sous ta couette comme si ta maman pouvait encore te consoler. Il y a dix ans elle partait dans un langage inconnu avec deux grands yeux en détresse. Tu l'aurais bien gardé même étrangère à tes côtés.

Rappelle-toi quand tu essayais les vêtements dans la glace, trop grand, trop serrés, trop voyants ; aujourd'hui je me moque du "trop", tout ne peut que m'aller finalement.

Tu avais un autre appétit, j'ai acquis une plus grande tendresse, une lenteur qui m'épargne et me fait toucher l'autre du doigt. Rappelle-toi tes fantasmes.... Ah j'en frémis encore, toi au matin, des courbes dans les mains, le rêve. Avec Jacques c'est comme un lien transparent mais indéfroissable, toi tu l'as tellement éprouvé, trop près, trop loin, …Je me rappelle surtout de la toute petite fille de 50 ans qui envoyais des sms et des mails de détresse et ne comprenait pas que la vie blesse aussi. J'ai gardé tout notre sable et nos jeux d'eau dans un coffre, je m'y ressource encore. Mon cœur bat plus lentement mais chaque battement a son propre poids. Je ne peux t'oublier, tu es là encore. 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :