Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il avait longtemps hésité avant de s’inscrire à un site de rencontres sur Internet. Et puis, finalement, il s’était lancé. Ses premiers contacts n’avaient pas été une franche réussite et plusieurs fois, il avait eu la tentation de tout laisser tomber.

Mais depuis qu’il avait fait la connaissance de Marianne, sa vie avait complètement changé. C’était le plus beau cadeau que l’existence lui avait fait depuis longtemps.

Il se souvient qu’après avoir échangé plusieurs mails, ils avaient décidé de se voir et ils s’étaient donnés rendez-vous chez elle : 7 Impasse des Écorchés. Impasse des Écorchés ! Quel nom bizarre pour une impasse ! Çà devait faire référence à une secte ou à un événement historique quelconque mais il ne savait pas lequel.

Quand il avait sonné, une femme, pas toute jeune, en robe de chambre, des bigoudis plein la tête, lui avait ouvert. En la voyant, il s’était demandé ce qu’il faisait là et il avait eu envie de s’enfuir. Il s’était bien fait avoir ! On lui avait pourtant dit de se méfier, que les gens trichaient sur leur âge, qu’ils mettaient des photos vieilles de 10 ans. Levant la tête, il s’était alors aperçu qu’il était au numéro 5. Il s’était trompé de porte ! L’émotion sans doute ! Il s’était excusé puis, après avoir fait un tour de quartier pour permettre à son cœur de reprendre un rythme normal, il s’était enfin rendu à la bonne adresse. Et là, le miracle ! Celle qu’il avait toujours attendue ! Ses yeux noirs, pétillants de malice, l’avaient immédiatement séduit et depuis, il vivait sur un petit nuage. Son angoisse de la solitude s’était complètement dissoute. Il ne se rappelait même plus de l’avoir éprouvée.

Hier encore, ils étaient allés se promener au bord de l’océan. Marianne dansait sur la plage, en chantonnant un refrain d’autrefois. Ses pas formaient des arabesques sur le sable tandis que son jupon volait au vent. Au-dessus d’eux les mouettes …

"Monsieur, on ferme".

Brutalement ramené à la réalité, Xavier éteint son ordinateur et range ses affaires. Il va rentrer chez lui où personne ne l’attend, chez lui où les assiettes sales s’entassent dans l’évier, où les cendriers pleins jonchent le sol. Affalé sur son canapé défoncé, il va regarder une fiction à la télé, à moins qu’il n’y ait un reportage intéressant. Demain, il reviendra dans ce petit café, loin de la horde des touristes, où il continuera à écrire la suite des aventures d’Antoine et de Marianne.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :