Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Pendouillant dans le placard, entourée de colifichets désormais inutiles, tu attends qu'un regard se pose sur toi. Tu étais attirante, dans la vitrine d'un loueur de costumes, aperçue par hasard dans une rue de Paris. C'est toi qu'il me fallait ; mais je n'osais...je n'étais pas faite pour toi. Et puis, en quelle autre occasion te porterais-je, si ce n'est ces quelques rares et éphémères apparitions (qu'il n'y en eût qu'une seule, cela n'était pas prévu), le temps d'une illusion imparfaite. Je t'achetais, ravie, n'y croyant pas...l'habit ne faisant pas tout. Te revêtir, arranger autour de moi ton plissé soleil, tenter d'ajuster le bustier à ma poitrine, oser, timidement, apercevoir mon image dans le miroir de la chambre d'hôtel.

Ma foi, cela pouvait aller...il me fallait des chaussures. Sur le boulevard des Italiens, blanches, talons compensés, confortables, mais coquettes.

Festival "Les Scènes Buissonnières", beau village, au confluent de la rive droite de la Garonne, et du Gat Mort.

Voici la fameuse " Partie de cartes », suivie de quelques répliques du "Dîner de cons". C'est à nous. Tu joues ton rôle à merveille.

Rideau.

Une très jeune spectatrice m’aborde : "Tu es très belle".

Je revois la scène, ta scène.

"I wanna be loved by you Just you and nobody else but you

I wanna be loved by you alone Pooh pooh bee doo !"

 

Dans mon oreille, des trémolos langoureux, sensuels, et je chante, souriante, emballée ; et Rita qui tarde à me donner la réplique. Alors j'enchaîne, séductrice,

"Happy birthday to you Happy birthday to you

Happy birthday Mister President

Happy birthday to you"

De retour chez moi, je m'apercevrais que je t'ai oubliée dans un vestiaire. Heureusement, tu me fus rendue intacte. Toi, incarnation sublimée, et moi, dialoguant avec une Rita usée, néanmoins lucide, essayant de raisonner une Marylin vieillie, toujours aussi ingénument candide, follement généreuse, et sensuelle en diable, que je tentais d'incarner. Le rôle, écrit pour nous, parce que, simple boutade, j'avais dit, un jour : "Je veux être Marilyn ou rien."

La suite de la tournée n'a jamais eu lieu...ce fut notre seule représentation.

"I wanna be loved by you Just you and nobody else but you

I wanna be loved by you alone Pooh pooh bee doo !"

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :