Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Bonjour à tous,

Dans Olympe de Clèves Alexandre Dumas père écrivait Voir Naples et mourir, dit le Napolitain, Qui n’a pas vu Séville n’a rien vu, dit l’Andalou, Rester à la porte d’Avignon, c’est rester à la porte du paradis, dit le Provençal.

 

Stendhal lui, follement amoureux de la ville de Naples, estimait qu’il fallait au moins avoir vu Naples une fois dans sa vie avant de mourir !

 

Goethe écrivait dans son journal de voyage en Italie, de Neapolis:  « Quoi qu’on dise, quoi qu’on raconte ou qu’on dépeigne, Naples dépasse tout: la rive, la baie, le golfe, le Vésuve, la ville, les campagnes voisines, les châteaux, les promenades… J’excuse tous ceux à qui la vue de Naples fait perdre les sens »

 

Cette expression est souvent utilisée pour dire qu’un site est d'une telle beauté, qu'une fois qu'on l'a vu, le reste n'a plus aucune importance et on peut mourir en paix. On pourrait l’évoquer aussi pour une personne dont l’âme nous aurait particulièrement séduite.

 

Au cours de vos voyages, vous vous êtes certainement déjà fait cette réflexion. Au cours de vos rencontres aussi. L’idée de cette 147ème proposition est de nous parler d’un endroit que vous aurez particulièrement aimé ou si vous le préférez, d’une personne pour laquelle vous vous êtes dit un jour « après l’avoir rencontré », maintenant je peux mourir en paix.

 

Racontez-nous.

 

 

 

Nanou

Tag(s) : #Propositions antérieures
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :