Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il attendait tout penaud au pied du portemanteau. Sa frange cachait son regard bleu. S’il avait pu se blottir à l’ombre des manteaux d’hiver et disparaître sous terre, il l’aurait fait, sans hésitation. Mais non, il devait se farcir une heure d’orthophonie, souligner encore une fois toutes ses difficultés comme on effeuille un artichaut, patauger à grand peine entre syllabes, phonèmes, palindromes et virelangues. Aurait-elle des jumelles, l’orthophoniste, pour l’apercevoir au fond de son désespoir, lui qui désire en ce moment se terrer entre les fentes du parquet, alors que son naturel joyeux l’aurait plutôt incité à courir dans les bois, à frapper sur une batterie ou à faire résonner la guitare de son papa ? Saurait-elle percer le désordre des pensées qui tourbillonnent dans sa tête ? Soudain, la porte s’ouvre.

Ses lunettes rondes poussées à l’extrême bout de son nez, la logopédiste s’approche sans un mot, s’assied par terre à côté de lui et fait doucement tourner la manivelle d’une toute petite boite à musique. Le soulagement envahit enfin Pierrot.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :