Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lucky (oui, comme Lucky Luke) a une sainte horreur du coiffeur, enfin du toiletteur, car il paraît que c’est ainsi qu’on nomme celui qui coupe les poils des chiens ! Lucky adore sa frange, même si celle-ci lui tombe souvent, pour ne pas ainsi dire tous les jours, sur ses yeux, il ne la sacrifierait pour rien au monde ! Si son pelage fait désordre, c’est simplement parce qu’il trouve que ça le rend plus sexy auprès des femelles du quartier. Ce n’est pas en grattant à sa guitare, comme un manche à balais d’ailleurs, qu’il les attire, non, c’est son charme indéniable, son déhanché naturel, son style envoûtant hypnotisant. Qu’il croie !

Aujourd’hui, Lucky Beau Gosse, n’est pas joyeux comme à son habitude. Il tire un peu la tête, même si c’est difficile à voir chez un chien, je peux vous garantir que si sa gueule pouvait aller jusqu’au sol, elle le ferait ! Il fait tout pour reporter le moment fatidique où il serait obligé de se farcir le toit laid’heure, traîner, tirer jusque-là, tout ça pour quoi ? Pour couper cinq poils qui dépassent et qui le dérangent soi-disant ! Car oui, qui a dit qu’il ne faisait pas exprès de heurter le portemanteau, tous les jours, à la même heure, après la dernière sortie du soir ? Qui a dit que le fait de patauger dans les flaques de boues, c’était uniquement à cause de sa frange qui lui barre la vue ? Toutes les excuses sont mauvaises, mais mauvaises !

Alors que son copain l'humain est occupé à essayer de l'attirer dehors par tous les moyens possibles : croquettes, friandises, laisse longue, balle de tennis, Lucky se demande s'il serait vraiment prêt à faire n'importe quoi pour ne pas aller chez cet assassin de poils soyeux et brillants. Il s'interroge vraiment : et si son deux pattes préparait son repas préféré – que lui déteste bien sûr – composé de cervelle d’il ne sait pas trop quel animal, de petites patates et de cœurs d'artichauts et qu'il le mangeait ? Est-ce que ce sacrifice serait suffisant pour que son copain l'humain le laisse tranquille pour les 6 semaines à venir ? Il en doute. Par contre, s'il se laissait habiller par ces deux pestes de jumelles, ces enfants pas si innocentes que ça malgré leur taille haute comme 3 pommes, peut-être que l'un dans l'autre, son deux pattes comprendrait sa supplication.

Lucky est dans un tourbillon d'idées les unes toutes plus farfelues que les autres, quand il sent un petit corps tout chaud, tout parfumé de lait vanille se blottir contre lui. Il sait qu'un deuxième corps, tout aussi petit que le premier, mais parfumé de lait fraise celui-là, va venir rejoindre le premier et qu'il sera ainsi pris en sandwich entre ces deux filles pot-de-colle.

« Lucky Fraise-Vanille pour vous servir », dit-il en se présentant à chaque nouvelle femelle du quartier qui fronce la truffe pour déterminer l'odeur qui ne quitte quasi plus le beau golden.

- Pas chez coiffeur. Lucky reste ici. Zaza et Luna le coiffer, sans couper. Démêler. Attacher. Dégager ses yeux, mais pas couper. Non. Lucky n'aime pas. Zaza et Luna non plus.

« Plaît-il ? » S'entendit penser le chien ? « Ces petites pestes prennent ma défense et veulent m'aider ? Bon, soit, ce ne sont pas des pestes. Dois-je vraiment souligner ce que je viens de dire ? Eh ben oui. Je confirme que, si les filles parviennent à me coiffer, sans couper ni m'arracher les poils, je promets de ne plus jamais les traiter de pestes. A condition toutefois qu'elles ne renversent pas le vernis à ongles sur mes pattes ou qu'elles utilisent les ronds en plastiques rose qui sert à faire des boucles sur la tête de leur poupée ! Il y a des limites à tout ! »

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :