Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Enlacés, mains étreintes, se laissant dériver,

les sens en éveils, en un doux parfum de miel,

crée une déchirante sensation de beauté,

qui patiemment, dessine une douce aquarelle.

Parfois, le ciel s’éclaire d’un rayon de soleil,

faisant de la mélodie du temps une merveille.

Rêver maintenant, oublier l’âge du néant,

désirant de beaux matins toujours plus clément.

Sensation de ses sons chantant à mon oreille,

les notes s’élevant haut vers le ciel, m’émerveille.

Et, en elles, je me perds sûrement et lentement,

délaissant le temps présent, tout en souriant.

Quand soudain le glas sonne, et éteint le moment,

et qui brusquement un individu entrant,

amène en mon beau salon fait d’une paire la guerre,

entrainant l’éclosion de viles scutigères.

Le concert s’efface, le silence reprend sa place,

l’esprit égaré jusant son ataraxie,

ma dur situation me porte vers la folie,

Mon coeur avant brûlant, par sa rupture est glace.

Le temps d’un morceau, par son étonnante clarté,

la tendre cavatine apaise une âme esseulée.

Or la fatale tromperie tel une évidence,

déchoit l’espérance d’une continue romance.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :