Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Assise, le dos bien droit, sur une chaise chambranlante, Héléna attend son amoureux. Elle lui avait bien dit à dix-neuf heures pile. Elle porterait son chapeau feutré à la boucle sanguine. La voilà qui s'agite quelque peu dans une fébrile patience qu'elle peine à cacher. Qu'elle idée saugrenue avait-elle eu de lui donner rendez-vous au café en face de l’église faite de vieilles pierres grises, et ce, un soir de Noël en plus, alors que tous les commerces du genre seront bondés à craquer, que le service et les sourires seront diminués et plus qu'artificiels.

Elle se répétait en boucle comment elle était stupide et étourdie. Elle se sentait presque désemparé. Il était maintenant vingt heures. Désespéré, elle venait de commander son second chocolat chaud et passait son temps à jeter des regards circulaires tout en tapant du pied droit d'une manière mécanique. La panique se lisait sur son visage émacié.

Sur le mur du fond de la grande salle, trônait une toile abstraite peinte en multiples teintes d'ocre, de jaune et de vert et où se voyait le contour flou d'une poule stylisée en noir charbonné.

Puis, sans prévenir, une forte main gantée de cuir mat se posa fermement sur son épaule gauche. Elle n'avait rien vu venir. Sa main droite, moite et nerveuse se coucha sur celle de l'homme debout à son côté gauche. Il était grand et svelte dans son imperméable matelassé. Une casquette noire bordé de rouge s'inclinait sur son front dégarni avec un air de jeunesse retrouvé.

Avec un sourire éclatant, il l'a pria de l'absoudre de son affront... - Mille excuse ma chérie. Tu te souviens que j'ai une Quatre-chevaux décapotable ? Il la savait si étourdie. Et bien, imagine que dans le détour amenant à... Tu connais, là où il y a un gros chêne près d'une maison abandonnée ? Et sur ces mots, il sorti un immense mouchoir et s'essuya le front d'un mouvement brusque. Des perles d'une sueur acidifiée y goutaient avec abondance. - Et tu sais quoi ! tout en prenant une profonde inspiration, c'est comme je te dis, j'y ai fait une de ces embardées magistrales, avec arrêt brutale dans la clôture de cèdre du père Latour... C'est qu'il en a gueulé des brics à bracs de sacs de pommes de terre le vieux soûlard...

Et il se mit à rire à gorge déployée, montrant ainsi ses longues dents étincelantes.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :