Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce n'est pas que je n'aime pas me plier au règle mais celle-là je l'enterre. Oui, je prends ma pelle et je l'enterre. Pourquoi? Pour voir ce qu'il en restera dans vingt ans. Vingt ans, cet âge que l'on dit bénit, que moi j'ai passé découvrant une maladie, la mienne, on a tous droit à la sienne. La mienne ma première, ma grande, "the big one", comme dirait les inventeurs du LOL, c'est la schizophrénie. Mais, AHAH!, non, elle ne m'aura pas, non! elle ne m'aura pas.

Alors oui j'enterre la règle et par la même je vous enterre, tous. Oui! Vous! Vous qui lisez mais qui n'ozézé pas le dire, ou trop lalâche pour le dire. Vous qui ne lisez pas et surtout VOUS QUI ETC.

Allez ici je me suicide, ailleurs je ne pourrai jamais. Les miens m'aiment, j'ai eu beau leur cracher ma haine, ils m'aiment. Et moi aussi je les aime.

Oui, un peu de terre, c'est vrai! Je m'enterre.

J'enterre l'orthographe, j'enterre cette terre, j'enterre le monde, j'enterre l'univers, je nous enterre ainsi. J'enterre, restez là. Les doigts qui passent là où les yeux ne passeront plus.

Raymonde, la raison, au fond de la colère.

Elle ne m'a pas répondu, je lui ai envoyé la lettre qu'elle n'attendait pas.

Sa fille ou ses yeux ont-ils refusé de lui lire?

Suis-je entouré d'un faux semblant?

C'était là une/de vrais interrogations que j'avais, un, je dis un, retour m'aurait peut-être aiguillé.

Mais pas un.

Alors ce soir je suis venu avec ma pelle pliable et j'enterre.

Mais pour ça il me faut être là avant que le sujet ne germe, j'enterre une graine et pas un arbre.

Alors voici mon cri.

Où vous voyez vous dans vingt ans?

Je me vois mort.

Pourtant je pourrais taquiner les cents ans de mon vivant.

Pourquoi suis-je si vaillant à m'enterrer moi-même finalement?

Vingt ans c'est beaucoup, suffisant.

Ne vous trompez pas, je suis heureux, vaillant, battant tant que je peux.

Voilà l'idée vient, je vous ponds ce texte et disparait.

Oui je crois que c'est ce qu'il y a faire.

Pour Raymonde. Pour moi. Pour Raymonde? Pour moi, ça personne ne le discute.

Puis pour vous...non pardon pour nous.

Nous, éphémères, aux rêves d'éternité assouvi dans l'image (?).

Je vous regarderai de loin, peut-être pas.

Je ne me relis pas. Si, une fois jusque-là.

Personne ne m'atteindra peut être, parole d'un point. Si! Moi! Je suis là, signé un point.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :